GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 17 Septembre
Mercredi 18 Septembre
Jeudi 19 Septembre
Vendredi 20 Septembre
Aujourd'hui
Dimanche 22 Septembre
Lundi 23 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Le Premier ministre pakistanais en quête de l'aide financière de la Chine

    media Le Premier ministre pakistanais Imran Khan (G) est venu chercher le soutien économique de la Chine auprès du Première ministre Li Keqiang (D), le 3 novembre 2018. REUTERS/Jason Lee/Pool

    Après avoir demandé de l'aide au FMI, et obtenu récemment un prêt de 6 milliards de dollars de l'Arabie saoudite, le Premier ministre pakistanais est venu négocier avec la Chine. Imran Khan a rencontré le président chinois vendredi, et le Premier ministre ce samedi 3 novembre.

    Avec notre correspondant à ShanghaïSimon Leplâtre

    Imran Kahn est « là pour apprendre », selon ses propres mots. Le Premier ministre pakistanais espère apprendre de la Chine en matière de développement économique et de lutte contre la corruption. De quoi, en même temps, célébrer la réussite de son hôte chinois. Un peu de flatterie ne fait pas de mal quand il s’agit de demander une aide financière à son principal créditeur.

    Car c'est bien ce qu'est venu chercher le Premier ministre pakistanais. Le pays est en crise, et la Chine est de loin son premier partenaire commercial. Le Pakistan est au cœur des routes de la soie, ce grand projet politique et commercial chinois.

    Au Pakistan, cela se traduit par un « corridor économique », un réseau de routes, et de centrales énergétiques. Mais ces projets sont estimés à 50 milliards d'euros.

    Peu après son élection, Imran Khan avait évoqué la possibilité de renégocier ou d'annuler certains projets trop chers. Devant les caméras, les dirigeants chinois et pakistanais se sont contentés de célébrer l'apport du projet en matière de développement, mais en privé, la question sera sans doute : comment continuer à financer ces investissements, sans pousser le Pakistan vers la banqueroute ?

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.