GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 16 Novembre
Samedi 17 Novembre
Dimanche 18 Novembre
Lundi 19 Novembre
Aujourd'hui
Mercredi 21 Novembre
Jeudi 22 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Inde: de l'air toxique à New Delhi après les pétards de Diwali

    media Lors de Diwali, fête hindouiste des lumières, des milliers de feux d'artifices sont lancés dans le ciel indien, ici à New Delhi. Une source avérée de grande pollution. REUTERS/Anushree Fadnavis

    Ce matin, les habitants de New Delhi se sont réveillés en respirant un air extrêmement toxique. Pendant une partie de la nuit, ceux-ci ont fait exploser des pétards et ont lancé des feux d’artifice pour célébrer Diwali, la fête des lumières. La pollution en particules fines déjà élevée ces derniers jours a, elle, aussi, explosé. Dans la rue, la population est partagée sur l’utilisation de ces pétards.

    Avec notre correspondant à New Delhi,  Sébastien Farcis

    « Des fusées, des chandelles et des bombes. J’ai utilisé plein des pétards bruyants. » Manish Sharma, la vingtaine, a les yeux qui brillent en se souvenant de la série de pétards qu’il a fait exploser hier soir. Et la mauvaise conscience, il ne connait pas. « C’est important pour moi de faire exposer des pétards pour Diwali. C’est très marrant. Et ce n’est pas grave si cela crée de la pollution. »

    Pollution visible

    La pollution, pourtant, elle est visible : en plein après-midi, le soleil est encore caché derrière un nuage grisâtre. A se demander s’il s’est levé aujourd’hui. Le taux de concentration en particules fines a explosé les compteurs, plus de 999 pendant la nuit, avant de retomber. Kisar Kumar, un vendeur de rues, n’a pas voulu contribuer à cette pollution : « Hier soir, j’ai préparé un repas grandiose pour Diwali, mais pour la première fois, je n’ai pas utilisé de pétards. C’est trop mauvais pour l’environnement. et je suis content car aujourd’hui le ciel est moins noir que l’année dernière. »

    L'air demeure toxique

    C’est mieux, mais l’air demeure toxique, selon les autorités. Shekhar Gupta, le pharmacien du quartier, a donc exposé une dizaine de masques différents dans son magasin. Pour lui, les affaires sont bonnes. « Les gens achètent beaucoup de masques ce matin. Ils se plaignent de maux de gorge, d’étouffement, En gros, ils n’arrivent pas à respirer », dit-il.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.