GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 12 Décembre
Jeudi 13 Décembre
Vendredi 14 Décembre
Samedi 15 Décembre
Aujourd'hui
Lundi 17 Décembre
Mardi 18 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Affaire Khashoggi: Guterres (ONU) juge «essentiel» qu'une enquête «crédible» soit menée
    • Syrie: la coalition affirme avoir détruit un site du groupe EI dans une mosquée (communiqué de l'armée américaine)
    • L'armée israélienne a annoncé avoir découvert un nouveau tunnel du Hezbollah, le quatrième vers Israël (communiqué)
    • Sri Lanka: réinvestiture du Premier ministre démis Ranil Wickremesinghe
    • Yémen: de violents combats et des raids aériens à Hodeïda malgré la trêve (sources progouvernementales)
    Asie-Pacifique

    Japon: Nippon Steel condamné pour le travail forcé de Coréens dans les années 40

    media Des victimes du travail forcé pendant la période coloniale japonaise manifestent à Séoul, le 30 octobre 2018. REUTERS/Kim Hong-J

    Les avocats de quatre Sud-Coréens, qui avaient été contraints de travailler dans les usines de Nippon Steel durant la Seconde Guerre mondiale, ont annoncé ce mardi 13 novembre leur intention de faire saisir des biens du géant japonais de l'acier. Le mois dernier, la Cour suprême de la Corée du Sud a ordonné au groupe japonais de verser à chaque plaignant l'équivalent de 77 000 euros de compensations. Le gouvernement japonais rejette cette décision de la plus haute juridiction sud-coréenne.

    Avec notre correspondant à TokyoFrédéric Charles

    Selon le grand Nippon Stell, ces demandes de dédommagement de la part d’ouvriers sud-coréens ont été définitivement résolues en 1965, lors de la signature du traité rétablissant les relations diplomatiques entre la Corée du Sud et le Japon.

    Le gouvernement japonais rappelle avoir versé à l’époque 700 millions d’euros d’assistance à la Corée du Sud et qu’une partie de cette somme devait servir au dédommagement des ouvriers coréens du temps de la guerre.

    La Cour suprême sud-coréenne explique qu’aucun accord entre les deux pays n’empêche des individus de chercher par eux-mêmes des compensations. Le Premier ministre japonais Shinzo Abe condamne ce jugement, impossible, à la lumière du droit international.

    Le Japon redoute que le jugement ne suscite d’autres actions en justice contre près de 300 entreprises japonaises, soupçonnées d’avoir exploité des milliers d’ouvriers coréens pour soutenir l’effort de guerre du Japon dans les années 1940. Pour l’instant, le groupe Nippon Steel & Sumitomo Metal refuse de recevoir les avocats des quatre anciens ouvriers sud-coréens.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.