GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 13 Février
Jeudi 14 Février
Vendredi 15 Février
Samedi 16 Février
Aujourd'hui
Lundi 18 Février
Mardi 19 Février
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Le Premier ministre polonais annule une visite en Israël pour le sommet du groupe de Visegrad (gouvernement)
    • Ukraine: l'Union européenne sanctionne huit Russes pour les incidents en mer d'Azov de novembre 2018 (sources européennes à l'AFP)
    • «Informer est devenu une mission quasi impossible» en Libye, déplore Reporters sans frontières (RSF)
    Asie-Pacifique

    Crise politique au Sri Lanka: la Cour suprême annule la dissolution du Parlement

    media La dissolution du Parlement sri lankais voulue par le président Sirisena a finalement été annulée par la Cour suprême de l'île. LAKRUWAN WANNIARACHCHI / AFP

    Nouveau rebondissement dans la crise politique qui secoue le Sri Lanka depuis le 26 octobre, la Cour suprême de l’île a annulé ce mardi 13 novembre la dissolution du Parlement en la jugeant anticonstitutionnelle. Un camouflet pour le camp du président Maithripala Sirisena qui tente coûte que coûte d'imposer son candidat comme nouveau chef du gouvernement et espérait organiser des élections anticipées.

    Retour à la case départ dans cette bataille au sommet de l’Etat. Vendredi dernier, le président Maithripala Sirisena avait dissout le Parlement. Un passage en force stoppé net par la Cour suprême qui le juge anticonstitutionnel.

    Autre revers pour le président, l’élection anticipée n’aura pas lieu en janvier prochain. Dans un tribunal bondé et bouclé par des centaines de policiers, les juges ont ordonné la fin des préparatifs électoraux.

    Un casse-tête pour le chef d'Etat, puisqu'il ne dispose pas de majorité dans l'Assemblée et se trouve donc dans l’impossibilité d’imposer son candidat Mahinda Rajapakse comme chef de gouvernement. Un candidat controversé puisque cet ex-numéro un de l’île aurait fait prospérer la corruption et accumulé les dettes, notamment en signant des accords avec la Chine pour la construction d’infrastructures.

    Les ennuis du président Sirisena réjouissent le troisième protagoniste de cette crise politique : Ranil Wickremesinghe. Le Premier ministre récemment limogé estime que le verdict de la Cour suprême est « une victoire pour le peuple ». Il s'accroche au pouvoir et espère obtenir gain de cause, dans un éventuel vote de confiance au Parlement.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.