GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 19 Septembre
Vendredi 20 Septembre
Samedi 21 Septembre
Dimanche 22 Septembre
Aujourd'hui
Mardi 24 Septembre
Mercredi 25 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Asie-Pacifique

    France: un duo pour gérer le groupe Renault dans la tempête

    media Thierry Bolloré et Philippe Lagayette, en conférence de presse avec le ministre français de l'Economie Bruno Le Maire, ce mercredi 21 novembre 2018 à Paris. REUTERS/Christian Hartmann

    Carlos Ghosn est en garde à vue pour 10 jours à Tokyo. Le patron de l'alliance Renault-Nissan-Mitsubishi est toujours interrogé pour des soupçons de fraude fiscale et de malversations au sein de Nissan. Une enquête et une affaire qui obligent également Renault à se réorganiser. Privé de son PDG, le constructeur automobile français met en place une gouvernance intérimaire.

    Un duo va conduire les opérations chez Renault pendant l'absence de Carlos Ghosn. Ce dernier est temporairement empêché, souligne le communiqué du conseil d'administration réuni en urgence mardi soir, mais il reste le PDG de l'entreprise, en vertu de la présomption d'innocence.

    En attendant son éventuel retour, c'est Thierry Bolloré, déjà numéro deux de Renault, qui est chargé de rassurer les troupes. Nommé directeur général délégué alors qu'il était jusque-là directeur général adjoint - les mots ont une importance -, il aura les mêmes pouvoirs que Carlos Ghosn, impensable dans un autre contexte. A ses côtés, Philippe Lagayette récupère la présidence du conseil d'administration, devenant le référent vis-à-vis des actionnaires, notamment l'Etat, qui ne voulait pas laisser traîner cette situation périlleuse.

    Préserver l'alliance avec Nissan

    Thierry Bolloré espérait bien prendre la présidence de Renault, mais pas si vite, et pas dans ces conditions. Le numéro deux devient numéro un et d'entrée de jeu, martèle l'importance de l'alliance entre Renault, Mitsubishi et surtout Nissan.

    « L'alliance à une importance vitale pour le groupe Renault. Nous assurons évidemment la totale continuité avec nos partenaires, a affirmé le nouveau directeur général délégué de l'entreprise. Pas plus tard nous avons d'ailleurs nos réunions mensuelles pour prendre les décisions qui sied au bon fonctionnement de l'alliance. »

    Le soupçon d'un complot

    Cette alliance semble aujourd'hui menacée. Certains avancent même l'hypotèse d'une orchestration de la chute de Carlos Ghosn. Les informations sur ses malversations, internes à Nissan, pourraient avoir été révélées pour éviter le projet de fusion, porté par Carlos Ghosn, entre Renault et Nissan. Le constructeur japonais, beaucoup plus rentable, n'y étant pas favorable. A Bercy, on confirme l'existence d'un projet d' « intégration renforcée de l'alliance », sans valider l'hypothèse du complot. On rappelle aussi que Carlos Ghosn est, à ce stade, présumé innoncent.

    « Nous n'avons pas d'élément qui nous permette d'avoir des conclusions sur le fond de cette affaire, détaille Philippe Lagayette. Ce conseil d'administration a demandé à Nissan de fournir les éléments en sa possession ».

    Le Maire vante une « gouvernance solide »

    Bruno Le Maire s'est employé à rassurer les employés de la firme: «Renault est dirigée et bien dirigée !» 21/11/2018 - par David Baché Écouter

    En attendant ces informations, la nouvelle direction ne prévoit pas d'enquête interne sur la gouvernance de Carlos Ghosn au sein de Renault.

    Il y a une gouvernance à la tête de Renault a, quant à lui martelé, le ministre de l'Economie, Bruno Le Maire, aux côtés des deux responsables -par intérim- de l'entreprise. « Cette gouvernance est solide et elle garantit le bon fonctionnement de Renault » a encore assuré le ministre qui a réaffirmé son attachement à l'alliance négociée entre Renault, Nissan et Mitsubishi et annoncé qu'il recevrait son son homologue japonais pour discuter de ce dossier jeudi. 

     

    ► Réécouter sur RFI : Quel avenir pour l'empire de Carlos Ghosn ?

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.