GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 17 Juillet
Jeudi 18 Juillet
Vendredi 19 Juillet
Samedi 20 Juillet
Aujourd'hui
Lundi 22 Juillet
Mardi 23 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Hiroto Saikawa, dauphin de Ghosn, favori pour lui succéder à la tête de Nissan

    media Hiroto Saikawa, le directeur général de Nissan lors d'une conférence de presse lundi 19 novembre 2018 à Tokyo. REUTERS/Issei Kato

    Un conseil d'administration décisif se tient ce jeudi 22 novembre chez Nissan. Le constructeur automobile japonais pourrait se séparer de son président Carlos Ghosn, empêtré dans une affaire de fraude fiscale et de malversations au sein de l'entreprise. L'homme qui a sonné la charge est Hiroto Saikawa, le patron exécutif adoubé il y a quelques années par Carlos Ghosn.

    Lorsqu’Hiroto Saikawa apparaît lundi sur toute la presse japonaise et les écrans du monde entier, personne ne se doute de la violence des propos qui vont suivre. Méthodiquement, le dauphin officiel de Carlos Ghosn démolit l’image de sauveur de Nissan qu’avait su construire Ghosn San, Monsieur Ghosn en japonais, avant d’appeler à sa disgrâce.

    Hiroto Saikawa doit pourtant énormément à celui qui l’an dernier, lui avait donné les commandes de ce fleuron industriel de l’archipel. L’aboutissement de 40 ans de carrière au sein du groupe. Avec des passages par l’Europe et les Etats-Unis.

    Revenu au Japon pour réduire les coûts chez Nissan, Hiroto Saikawa, travailleur acharné, a la confiance de Carlos Ghosn. Ils passent 15 ans côte à côte, mais peu à peu la méfiance s’installe dans l’alliance, avec le sentiment chez les Japonais d’une forte concentration des pouvoirs au profit de la partie française.

    Devenu numéro un bis, Hiroto Saikawa surprend en mai dernier, affirmant qu’une fusion avec Renault n’était pas à l’ordre du jour. Parfois surnommé le Brutus de Carlos Ghosn, il a maintenant les coudées franches et il est, d'après le Financial Times, le choix numéro un pour succéder à Ghosn à la tête de l'entreprise nippone. Il martelait d'ailleurs cette semaine : « Nissan doit rester Nissan, et Nissan restera Nissan ».

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.