GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 19 Septembre
Vendredi 20 Septembre
Samedi 21 Septembre
Dimanche 22 Septembre
Aujourd'hui
Mardi 24 Septembre
Mercredi 25 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Asie-Pacifique

    Séoul et Pyongyang font inscrire la lutte coréenne au patrimoine de l'humanité

    media Le lutteur de «ssireum» Park Young-Bae (g.) face au champion Kim Kyung-Soo lors d'un combat d'exhibition à Tokyo le 23 octobre 2005. REUTERS/Yuriko Nakao/File Photo

    L’Unesco a inscrit ce lundi la lutte coréenne au patrimoine culturel immatériel de l’humanité, au terme d’une démarche inédite : les deux Corées ont fait acte de candidature commune au moment de déposer leur dossier.

    Avec notre correspondant à Séoul, Frédéric Ojardias

    Le ssireum (ou « ssirum » selon la transcription en alphabet latin utilisée au Nord) est un art martial traditionnel datant de la période des Trois Royaumes (220-280 après J.C.).

    Les combattants se battent sur une arène en sable, et s’agrippent à la ceinture en tissu de leur adversaire pour tenter de le renverser. Ce sport national « lié à la terre et à l’agriculture », selon l’Unesco, est pratiqué lors de festivals et de fêtes traditionnelles.

    Au Sud, le ssireum a beaucoup perdu en popularité et seule une équipe professionnelle est toujours en activité. Au Nord, « une grande compétition est organisée tous les ans à Pyongyang et le gagnant remporte un taureau », rapporte l’agence de presse Yonhap.

    Gestes de rapprochement

    Son inscription conjointe au patrimoine immatériel de l’humanité par les deux Corées est sans précédent, et très symbolique : c’est Séoul qui a proposé cette idée lors du sommet intercoréen d’avril. La Corée du Sud cherche en effet à améliorer ses liens avec le Nord en développant le plus d’échanges possible, alors que les sanctions internationales lui interdisent la plupart des projets de coopération commerciale ou touristique qu’elle souhaiterait relancer.

    Séoul a d’ailleurs obtenu samedi une exemption du Conseil de sécurité de l’ONU pour un projet de reconnexion des voies ferroviaires passant par-dessus la frontière.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.