GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 11 Novembre
Mardi 12 Novembre
Mercredi 13 Novembre
Jeudi 14 Novembre
Aujourd'hui
Samedi 16 Novembre
Dimanche 17 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Nouvelle frappe israélienne contre des cibles du Jihad islamique à Gaza (armée)
    Asie-Pacifique

    Afghanistan: une conférence à Genève pour redonner du souffle au pays

    media Le président afghan, Ashraf Ghani, s'exprime à la conférence internationale sur l'Afghanistan, le 28 novembre 2018. Fabrice COFFRINI / AFP

    L’Afghanistan est au cœur d’une conférence internationale qui se tient à Genève depuis ce mardi 27 novembre. La 13e édition de cette conférence doit permettre aux autorités afghanes de faire un point sur la situation du pays face aux pays donateurs. Apres 17 ans de conflit, le pays est englué dans une guerre qui fait toujours plus de victimes civiles. Le président Ashraf Ghani prendra la parole dans la journée. Il est à la tête d’une délégation afghane à laquelle le chef du gouvernement Abdullah Abdullah prend part.

    Cette Conférence est celle du bilan sur les avancées du pays notamment en matière de développement. Il y a deux ans, lors d’une précédente conférence qui avait eu lieu à Bruxelles, les pays donateurs avaient promis une aide de 15 milliards de dollars pour le développement du pays. En contrepartie, l’Afghanistan s’était engagée à présenter des résultats. C’est ce que va faire le président Ashraf Ghani aujourd’hui en exposant la situation du pays. Cette conférence s’inscrit dans un long processus qui a été lancé en 2011 après la conférence internationale à Bonn. Depuis, tous les deux ans se tient une conférence dont l’objectif est de récolter des fonds ou d’exposer la manière dont ils ont été utilisés. C’est le cas de cette conférence de Genève organisée par la Mission d'assistance des Nations unies en Afghanistan (Manua) et le gouvernement afghan.

    Un enjeu primordial pour le gouvernement afghan

    70% du budget national afghan dépend de l’aide internationale. Cette conférence est importante parce que le président doit convaincre la communauté internationale que cette aide financière est utilisée à bon escient et qu’elle permet au pays d’avancer de façon concrète. Les progrès promis en échange de cette aide se situent sur le plan du développement et dans le domaine des réformes démocratiques. La communauté internationale, à travers son soutien financier pour aider au développement, espère voir un impact direct sur la sécurité dans le pays et sur les tractations en vue d’un processus de paix.

    Cependant, le bilan n’est pas positif, il est même inquiétant. La situation sécuritaire s’est considérablement dégradée. Un nouveau record de victimes civiles a été enregistré sur le début de l’année 2018 : plus de 5 100 victimes morts et blessées au cours du premier semestre, 1 700 morts, tues pour moitié dans des attentats revendiqués par le groupe Etat islamique. Car, en plus du conflit qui oppose les membres des forces de sécurité afghane aux talibans, s’ajoute la menace de l’EI. Ces forces de sécurité subissent de lourdes pertes, 29 000 soldats et policiers ont été tués depuis 2015 a fait savoir récemment le président Ghani.

    Une situation politico-économique instable

    Sur le plan économique, la situation est aussi inquiétante. Plus de 50% de la population vit en dessous du seuil de pauvreté. Sur le plan politique, le gouvernement d’unité nationale est instable. Les récentes élections législatives ont été marquées par de nombreuses allégations de fraudes, même si les autorités se targuent d’une participation importante. Des rumeurs circulent déjà quant à un report du scrutin présidentiel censé se tenir en avril prochain. C’est dans ce contexte que l’émissaire américain pour la paix en Afghanistan multiplie les rencontres avec de hauts responsables talibans pour les convaincre de s’asseoir à la table des négociations. Sur le terrain, les combats continuent plus que jamais.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.