GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 19 Juillet
Samedi 20 Juillet
Dimanche 21 Juillet
Lundi 22 Juillet
Aujourd'hui
Mercredi 24 Juillet
Jeudi 25 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Chine: première extradition d'un dirigeant recherché pour corruption

    media Le numéro un chinois Xi Jinping, ce lundi 5 novembre 2018 à la Foire internationale des importations de Shanghai. REUTERS/Aly Song/Pool

    Yao Jinqi est arrivé ce vendredi 30 novembre à Pékin depuis la Bulgarie, accompagné par deux policiers. Cet ancien responsable communiste local est soupçonné de corruption. Une extradition dont se félicite la presse officielle se félicite de son extradition.

    Avec notre correspondant à Pékin,  Stéphane Lagarde

    Il s'agit de la première extradition d’un fonctionnaire communiste depuis un Etat-membre de l’Union européenne, précise l’agence Xinhua ce 30 novembre. Contrairement à l’arrestation du président d’Interpol fin septembre, la presse officielle a visiblement été conviée à immortaliser la scène.

    Petites lunettes, blouson marron, chaussures de sport, le suspect se tient debout sur le tarmac de l’aéroport de Pékin au petit matin, au pied d’un appareil d’Air China avec à chaque bras, un policier en gants blancs.

    Yao Jinqi est un ancien responsable du comté de Xinchang dans la province orientale du Zhejiang. Il aurait fui la Chine en 2005 suite à une enquête pour détournement de fonds. Arrêté suite à une « notice rouge » d’Interpol, il a été interpellé par la police bulgare le 17 octobre dernier. Sur son compte Twitter, Le Quotidien du peuple qualifie cette extradition de « réussie ».

    Jusqu’à présent en effet, la Chine n’avait obtenu qu’une faible coopération des pays occidentaux dans la « chasse aux renards » initiée par le président chinois Xi Jinping, notamment de la part des Etats-Unis, du Canada et de l’Australie où se trouvent la plupart des officiels soupçonnés de corruption par les autorités chinoises.

    La plupart des suspects, comme l’ancien chef d’Interpol, Meng Hongwei, seraient ainsi rentrés en Chine de leur plein gré. Difficile en même temps d’imaginer Interpol lancer un mandat contre son propre président.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.