GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 18 Août
Lundi 19 Août
Mardi 20 Août
Mercredi 21 Août
Aujourd'hui
Vendredi 23 Août
Samedi 24 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Asie-Pacifique

    La garde à vue de Carlos Ghosn prolongée de 10 jours par la justice japonaise

    media Le Centre de détention de Tokyo, où Carlos Ghosn est maintenu en garde à vue, le 30 novembre 2018. REUTERS/Issei Kato

    Carlos Ghosn, le PDG de l'alliance Renault-Nissan-Mitsubishi Motors, restera en détention dix jours supplémentaires. La décision a été approuvée vendredi 30 novembre par la cour du district de Tokyo, selon les médias japonais. La prolongation de dix jours a aussi été ordonnée pour Greg Kelly, un ancien responsable de Nissan et bras droit du patron français. Carlos Ghosn a été arrêté le 19 novembre à Tokyo dans le cadre d'une affaire de dissimulation de revenus et d'abus de biens sociaux.

    Avec notre correspondant à Tokyo,  Frédéric Charles

    Carlos Ghosn restera en garde à vue dans un centre de détention de Tokyo jusqu’au 10 décembre. À cette date, il pourrait être libéré sans charges ou inculpé, et dans la foulée être lâché sous caution ou incarcéré.

    Le patron français est soupçonné d’avoir sous-déclaré ses revenus chez Nissan, de l’équivalent de 7,7 millions d’euros par an sur cinq ans et peut-être trois à quatre autres années, selon la presse japonaise. Les juges japonais pourraient donc étendre leurs investigations à d’autres années ou d’autres motifs et interpeller à nouveau Carlos Ghosn. Alors, le processus de garde à vue se répéterait.

    Le patron français nie toute malversation. Selon les médias japonais et l’agence Reuters, le président français Emmanuel Macron et le Premier ministre japonais Shinzo Abe pourraient évoquer le sujet Carlos Ghosn en marge du Sommet du G20 en Argentine.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.