GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 15 Octobre
Mercredi 16 Octobre
Jeudi 17 Octobre
Vendredi 18 Octobre
Aujourd'hui
Dimanche 20 Octobre
Lundi 21 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Brexit: Boris Johnson a assuré à Donald Tusk qu'une lettre partirait ce samedi soir (source européenne)
    • Retrait en Syrie: Ankara exhorte Washington à user de son «influence» auprès des forces kurdes
    • Chili: affrontements entre manifestants et forces de l'ordre à Santiago
    • Burkina Faso: cinq hommes des forces de l'ordre tués dans une double attaque (état-major)
    • Brexit: «Un délai supplémentaire n'est dans l'intérêt de personne», selon l'Elysée
    Asie-Pacifique

    Campagne électorale au Bangladesh: une centaine de blessés lors d'affrontements

    media La Premère ministre Sheikh Hasina se présente pour un quatrième mandat à la tête du pays. Son troisième consécutuif. AFP PHOTO/POOL/OLI SCARFF

    Au second jour de la campagne pour les législatives du 30 décembre, des violences ont éclaté au Bangladesh ce mardi 11 décembre. Ces affrontements entre camps politiques rivaux ont fait une centaine de blessés et un mort, un responsable de l'organisation des jeunes de la ligue Awami, le parti au pouvoir.

    Les violences ont éclaté dans au moins sept grandes villes à travers le pays. Des foules soutenant des candidats rivaux se sont notamment affrontées à coups bâtons et de jets de pierre. Les heurts opposent principalement des membres du parti au pouvoir à ceux du principal parti d’opposition, deux ennemis historiques.

    Ces violences ne surprennent donc pas le chercheur Jérémie Codron, enseignant à l’Institut national des langues et civilisations orientales (Inalco). « On est dans une politique de la confrontation permanente entre ces deux grands partis. Ce sont deux grandes dynasties politiques qui se sont toujours opposées, avec des visions très différentes du pays. Et au Bangladesh, on est dans la logique du "winner takes it all". Lorsqu’un pays perd les élections, il perd tout. Ses dirigeants, ses membres perdent tout. Puisqu’il y a une volonté de prendre sa revanche sur la majorité sortante. »

    Ces troubles font suite à la répression exercée sur le Parti nationaliste du Bangladesh (BNP) ces dernières semaines. Des centaines de partisans du principal mouvement d'opposition ont été jetés derrière les barreaux avant même que la campagne électorale ne commence.

    Boycott du scrutin de 2014

    La Première ministre Sheikh Hasina se présente pour un quatrième mandat (son troisième consécutif). Lors du précédent scrutin en 2014, le BNP et ses alliés avaient boycotté les élections, par ailleurs condamnées par les observateurs internationaux. « Il y a cette volonté de l’opposition de montrer qu’elle est encore présente, analyse Jérémie Codron. Elle avait décidé de boycotter les dernières élections, en disant qu’elles n’étaient pas légitimes, ni transparentes. Après des années de répression, de présence la ligue Awami au pouvoir, le BNP veut montrer qu’il est encore présent. »

    Le spécialiste du Bangladesh n’écarte cependant pas un calcul politique derrière ces affrontements. « Il y a peut-être une volonté plus malicieuse, de part et d’autre, de créer une situation de violence, d’insécurité. En particulier, du point de vue l’opposition, pour délégitimer complètement ces élections. »

    Environ 100 millions d'électeurs se sont inscrits pour le scrutin de cette année, même si l'opposition n'a pas encore désigné son candidat pour faire face à Hasina. La candidate traditionnelle du BNP et ancienne Premier ministre Khaleda Zia n'a pas le droit de se présenter aux élections contre sa rivale de longue date. Elle est en prison et purge une peine de dix ans pour corruption. Des accusations « sans fondement » pour ses partisans.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.