GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 18 Septembre
Jeudi 19 Septembre
Vendredi 20 Septembre
Samedi 21 Septembre
Aujourd'hui
Lundi 23 Septembre
Mardi 24 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Brexit: la sortie du Royaume-Uni de l'UE est «un moment tragique pour l'Europe» (Juncker au quotidien «El Pais»)
    • Intempéries: le typhon Tapah menace le Japon, des centaines de vols intérieurs ont été annulés
    • Mondial 2019 de rugby au Japon: victoire et bonus pour l'Irlande face à l'Écosse (27-3)
    • Environnement: la ville de Paris organise, ce dimanche de 11h à 18h, la 5e édition de la Journée sans voiture
    • Suisse: des funérailles en montagne pour le Pizol, un glacier désormais disparu sous l'effet du réchauffement climatique
    • Sécurité dans le Golfe: l'Iran compte présenter à l'ONU un plan de coopération régionale (Rohani)
    • Pour l'Iran, la présence de forces étrangères dans le Golfe accroît l'«insécurité»
    Asie-Pacifique

    L'Inde revoit sa GPA

    media Certains hôpitaux ont pu être transformés en «usines à bébé» (Photo d'illustration). AFP/Indian Navy/Handout

    Le Parlement indien a adopté cette semaine un projet de loi controversé interdisant la gestation pour autrui (GPA) à des fins commerciales. Ce projet de loi, qui avait été déposé devant le Parlement dès novembre 2016, restreint considérablement la pratique de la GPA en Inde, un pays longtemps considéré comme un « eldorado » pour les personnes ou les couples cherchant à avoir recours à une mère porteuse.

    De notre correspondant à New Delhi

    Le projet de loi, dans son état actuel, encadre très strictement la pratique de la gestation pour autrui. Il n’autorise en effet que la GPA dit « altruiste », autrement dit non commerciale. Dans les faits, cela signifie que la mère porteuse ne peut pas être rémunérée. Elle doit par ailleurs être, un « membre de la famille proche » d’un des deux parents. Le recours aux mères porteuses est de fait interdit aux étrangers, mais aussi aux couples homosexuels, aux célibataires et aux couples non mariés.

    De plus : seules les femmes mariées peuvent désormais devenir des mères porteuses, et uniquement avec l’accord de leur mari. Une clause dénoncée comme particulièrement régressive et discriminatoire par les détracteurs de ce projet de loi.

    Une absence de rémunération qui fait grincer des dents

    Cette loi, censée éviter l’exploitation des mères porteuses, est pointée du doigt par les opposants comme un projet discriminant envers les homosexuels et les couples non mariés. Ils dénoncent l’approche manichéenne de ne pas rémunérer les mères porteuses. Selon eux, cela correspond à ne pas prendre en compte le travail reproductif des femmes. Ils rajoutent que cela pourrait par ailleurs ouvrir la porte à une autre forme d’exploitation et d’abus au sein de la famille.

    Pour finir, une des clauses du projet de loi permet aux couples mariés ayant un enfant handicapé d’avoir recours à la maternité de substitution, ce qui selon les nombreux opposants au projet de loi, dénote une vision assez « utilitariste » des enfants.

    Un revirement subit, 16 ans après la légalisation de la GPA

    Le revirement du gouvernement sur la gestation pour autrui   légalisée en 2002 à des fins commerciales   s’explique par les nombreux abus et particulièrement le trafic de mères porteuses.

    En effet, de nombreux couples étrangers ne pouvant avoir d’enfants ont profité de l’accessibilité de l’Inde, en matière de procédure, mais aussi de coûts. Le pays compte de nombreux médecins qualifiés et, pour des millions de femmes indiennes démunies, c’est un choix souvent évident, même si elles n’ont pas souvent réellement le choix. Certains hôpitaux ont pu être transformés en « usines à bébé », une exploitation de la pauvreté, avec des conséquences souvent graves sur la santé des femmes. Mais beaucoup craignent désormais que ce nouveau cadre légal extrêmement restrictif donne naissance à un marché noir encore plus abusif.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.