GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 18 Juillet
Vendredi 19 Juillet
Samedi 20 Juillet
Dimanche 21 Juillet
Aujourd'hui
Mardi 23 Juillet
Mercredi 24 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Tsunami en Indonésie: au moins 280 morts entre Java et Sumatra

    media Les débris sur la plage de Carita, en Indonésie, le 23 Decembre 2018. REUTERS/Adi Kurniawan

    Le bilan s'est considérablement aggravé au fil des heures : 281 personnes ont été tuées et des centaines blessées par un tsunami qui a déferlé samedi soir sur les rives du détroit indonésien de la Sonde, qui sépare les îles de Java et Sumatra, à la suite d'une éruption volcanique. Le bilan est toujours provisoire ce dimanche matin et les dégâts sont considérables sur cette partie du littoral.

    Des centaines de bâtiments ont été rasés par la vague qui a déferlé sur les côtes méridionales de Sumatra et l'extrémité occidentale de l'île de Java aux alentours de 21h30 - 14h30, en temps universel. La vague a surgi après l'éruption du volcan Anak Krakatoa, qui est connu comme « l'enfant », c'est-à-dire issu du légendaire Krakatoa. Selon un bilan mis à jour ce dimanche 24 décembre à 7h heure française, au moins 281 personnes ont péri et les blessées se comptent jusqu'à près d'un millier, selon un nouveau bilan, sans oublier les dizaines de disparus.

    Des résidents sur les décombres laissés par le tsunami sur la plage de Carita, en Indonésie, le 23 décembre 2018. Antara Foto/Asep Fathulrahman/ via REUTERS

    Sur des images de la télévision, on voit que la vague a traîné sur la plage de Carita, site touristique populaire de la côte ouest de Java, un amoncellement de détritus divers, entre plaques de toitures en ferraille ou encore des morceaux de bois. Des arbres ont également été déracinés tandis que le sol est jonché de débris.

    Erreur de prévision

    Selon les autorités, le tsunami a pu être déclenché par une marée montante anormale due à la nouvelle lune, conjuguée à un glissement de terrain sous-marin provoqué par l'éruption de l'Anak Krakatoa, petite île du détroit de la Sonde qui sépare Java et Sumatra. « La combinaison (des deux facteurs) a causé un tsunami soudain qui a frappé les côtes », a expliqué M. Nugroho, ajoutant que l'agence géologique indonésienne menait une enquête pour savoir ce qui s'est passé exactement.

    Le Krakatoa est très proche de Java et de Sumatra, c'est quelques dizaines de kilomètres, et ça se parcourt en une quinzaine de minutes. Donc un tsunami se prévoit bien sur de très grandes distances mais comme il peut aller entre 100 et 700 km à l'heure, on n'a pas le temps de créer l'alerte sur une petite distance

    Jacques-Marie Bardintzeff, vulcanologue, revient sur les raisons qui ont mené à la catastrophe 23/12/2018 - par RFI Écouter

    Le bilan humain devrait encore s'alourdir. Des vidéos postées sur les réseaux sociaux par le porte-parole montrent des habitants paniqués armés de lampes de poche en train de prendre la fuite pour se réfugier sur les hauteurs. Les autorités indonésiennes avaient dans un premier temps déclaré que la vague n'était pas un tsunami mais une marée montante, et avait appelé la population à ne pas paniquer. « C'était une erreur, nous sommes désolés », a écrit par la suite M. Nugroho sur Twitter. Bien que relativement rares, les éruptions volcaniques sous-marines peuvent causer des tsunamis, selon le Centre d'information international des tsunamis.

    L'un des 127 volcans actifs

    Selon le Centre indonésien de la volcanologie et de la gestion des risques géologiques, l'Anak Krakatoa montrait des signes d'activité renforcée depuis une semaine. Une éruption survenue peu avant 16 heures a duré environ 13 minutes, envoyant à des centaines de mètres dans le ciel un épais panache de cendres. L'Anak est une petite île volcanique qui a émergé des eaux un demi-siècle après l'éruption meurtrière du Krakatoa de 1883 (des dizaines de milliers de morts). C'est l'un des 127 volcans actifs d'Indonésie.

    Le 28 septembre, un tremblement de terre de magnitude 7,5 et le raz-de-marée qui a suivi avait dévasté la ville de Palu, située sur la côte ouest des Célèbes, et ses environs, faisant au moins 2073 morts. Mais 5 000 autres personnes sont toujours disparues, la plupart enterrées sous les décombres de bâtiments détruits. En 2004, un tsunami provoqué par un séisme de 9,3 au large de Sumatra avait tué 220 000 personnes sur les côtes de l'océan Indien, dont 168 000 en Indonésie.

    (Avec AFP)

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.