GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 19 Octobre
Dimanche 20 Octobre
Lundi 21 Octobre
Mardi 22 Octobre
Aujourd'hui
Jeudi 24 Octobre
Vendredi 25 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Rapprochement des deux Corées: une détente encore fragile

    media Poignée de main entre le président sud-coréen, Moon Jae-in, et le leader nord-coréen, Kim Jong-un, à Panmunjeom, le 27 avril 2018. Korea Summit Press Pool/Pool / Reuters

    Le leader nord-coréen Kim Jong-un a effectué son discours du nouvel an ce mardi 1er janvier. Il a notamment déclaré que son pays aspire à de bonnes relations avec les Etats-Unis. Mais il pourrait changer d'attitude si Washington maintient ses sanctions liées au nucléaire. Le leader nord-coréen a également dressé le bilan d’une année 2018 marquée par la reprise du dialogue et plusieurs avancées tangibles entre les deux Corées. Mais cette détente reste fragile, et 2019 sera une année diplomatique à haut risque.

    La Corée du Sud tire un bilan très positif de l'année 2018. L'année a été placée sous le signe du dialogue : les dirigeants sud et nord-coréens se sont rencontrés à trois reprises en moins de 6 mois, ce qui est sans précédent. Pour la première fois de leur histoire, Etats-Unis et Corée du Nord ont aussi organisé un sommet.

    L’année écoulée a aussi été marquée par des symboles très forts, comme ce défilé conjoint des athlètes des deux Corées lors des Jeux olympiques d’hiver, au Sud. Ou ces sourires, ces embrassades, la proximité affichée entre les dirigeants des deux Corées. Pour la première fois, en avril, un dirigeant nord-coréen a mis le pied du côté sud de la frontière. Et un président sud-coréen a donné un discours devant une foule de 150 000 Nord-Coréens à Pyongyang, en septembre.

    La dénucléarisation au coeur du problème

    2018 a été une année sans essai nucléaire ou balistique. Les deux Corées ont enfin entrepris des mesures de réduction des tensions militaires : elles ont notamment détruit des postes de garde et déminé des zones situées sur la frontière ultra-militarisée qui les sépare.

    Mais sur la question de la dénucléarisation, les avancées restent bien maigres et cela reste le cœur du problème. Car le Nord n’a probablement aucune véritable intention de renoncer à une arme nucléaire pour laquelle il a tant sacrifié. Certes, les essais ont cessé, mais le régime continue sa production d’armes. Le régime a aussi rappelé début décembre qu’une dénucléarisation « de la péninsule », comme il s’y est engagé en 2018, signifie que Washington aussi devrait éloigner ses armes nucléaires de la région, et notamment de Corée du Sud.

    Les Etats-Unis se montrent très intransigeants, ils refusent toute levée, même partielle, des sanctions internationales sans véritable dénucléarisation. Et ils refusent d’accepter une Corée du Nord de facto puissance nucléaire – une solution qui, semble-t-il, contenterait le voisin chinois. Or, tant que les sanctions sont en place, la Corée du Sud se voit interdite de mettre en œuvre ses ambitieux projets de coopération et de réconciliation avec le Nord.

    2019, une année décisive

    La diplomatie fait donc face à un mur, et 2019 sera une année à haut risque. Un deuxième sommet entre le président américain Donald Trump et le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un est attendu en début d’année, mais rien ne dit que ce sommet permettra des avancées plus concrètes que celui de 2018.

    Kim Jong-un est aussi attendu cette année à Séoul, la capitale sud-coréenne. Mais si cette visite sera extraordinaire, elle ne suffira pas à elle seule à débloquer les négociations de dénucléarisation. En matière de relations intercoréennes, la Corée du Sud a réussi de façon spectaculaire à prendre l’initiative et à « s’asseoir dans le siège du conducteur ».

    Cependant, elle doit veiller à ne pas s’aliéner son allié américain, qui refuse que le rapprochement Nord / Sud aille plus vite que les progrès sur la dénucléarisation.
    Quant à la Corée du Nord, elle demande un allègement des sanctions pour permettre à son économie de se développer. Si la situation reste coincée, Pyongyang pourrait s’impatienter et avoir de nouveau recours à des provocations, comme des tirs de missiles ou des essais nucléaires. Un retour des tensions n’est donc pas à exclure en 2019.

    Je suis prêt à tout moment à m'asseoir de nouveau à la table de négociations avec le président des Etats-Unis et je ferai tous les efforts possibles pour produire un résultat qui sera salué par la communauté internationale.

    Les voeux de Kim Jong-Un 01/01/2019 Écouter
    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.