GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 11 Octobre
Samedi 12 Octobre
Dimanche 13 Octobre
Lundi 14 Octobre
Aujourd'hui
Mercredi 16 Octobre
Jeudi 17 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Asie-Pacifique

    [Reportage] Afghanistan: Kaboul plongé dans un épais brouillard de pollution

    media Des habitants de Kaboul portant des masques de tissu noir pour se protéger de la pollution, le 30 décembre 2018. REUTERS/Omar Sobhani

    Kaboul et ses six millions d’habitants vivent sous un épais nuage de pollution. Cela dure depuis plusieurs semaines. Les hôpitaux de la capitale afghane voient affluer des patients souffrant de maladies respiratoires. Chaque année, l’entrée dans l’hiver plonge Kaboul dans l’enfer de la pollution. Kaboul compte parmi les villes où le taux de pollution est le plus élevé au monde. Reportage.

    Avec notre correspondante à Kaboul,  Sonia Ghezali

    Wahidullah Ibrahim est étudiant, il ne quitte pas son masque en tissu noir depuis deux mois maintenant. « En ce moment il y a beaucoup de poussière, le temps est très mauvais. Chaque jour nous toussons et nous avons mal à la tête », dit-il.

    Au bord de la route, Salman vend du poisson frais sur un étal installé sur le trottoir. Lui aussi arbore un masque en tissu noir qui lui couvre la moitié du visage : « Ça nous aide beaucoup parce qu'on le change tous les jours, si on n’en a pas, on se met à tousser et on a mal à la gorge. »

    Les habitants de Kaboul se plaignent tous des mêmes symptômes : les yeux qui piquent, la gorge qui gratte, les toux persistantes. Ce sont les effets de la pollution dont tout le monde connaît la raison, comme l’explique Maleem, un vendeur de Kebab de la capitale. « Chez eux, les gens brûlent tout pour se chauffer : du charbon, du bois, du carburant… et c’est pour ça qu’il y a toute cette pollution. »

    A défaut de pouvoir utiliser les radiateurs électriques en raison de multiples coupures d'électricité, c'est avec les bukhari, les poêles traditionnels, que les familles se chauffent. Chacun brûle ce qu’il peut en fonction de ses moyens : du bois, du charbon, du plastique ou encore des feuilles d’arbre récoltées dehors.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.