GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 11 Septembre
Jeudi 12 Septembre
Vendredi 13 Septembre
Samedi 14 Septembre
Aujourd'hui
Lundi 16 Septembre
Mardi 17 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Birmanie: les autorités annoncent des représailles contre les rebelles de l'Arakan

    media La garde d'honneur lors d'une cérémonie de lever du drapeau pour marquer le 71e anniversaire de l'indépendance de la Birmanie à Rangoon, le 4 janvier 2019. REUTERS/Ann Wang

    En Birmanie, les autorités annoncent des opérations de représailles contre l’Armée d’Arakan dans l’ouest du pays. Cette rébellion ethnique réclame plus d’autonomie face au gouvernement birman. Une réunion s’est tenue ce lundi 7 janvier dans la capitale birmane en présence de la dirigeante Aung San Suu Kyi et du chef de l’armée. Plusieurs affrontements ont eu lieu ces dernières semaines dans la zone, théâtre aussi en 2017 des violences contre la minorité musulmane des Rohingyas.

    Avec notre correspondante à Bangkok, Eliza Hunt

    L’annonce des autorités birmanes intervient quelques jours après la mort de 13 policiers birmans dans des attaques de l’Armée d’Arakan contre des postes de police le 4 janvier dernier. Ces combats ont été les plus meurtriers depuis la fin du mois de novembre. En tout, d’après l’ONU,  ce sont 4 500 civils qui ont dû prendre la fuite.

    Selon le gouvernement ce lundi, l’attitude de l’Armée d’Arakan est incompréhensible, « la commission pour la paix en Birmanie les a invités à rejoindre la table des négociations », a rappelé son porte-parole. Une invitation lancée en décembre dernier et soutenue par la Chine.

    L’Armée d’Arakan avait alors souligné vouloir trouver une solution grâce au dialogue politique. Mais ces derniers jours, elle a déclaré agir en réaction aux offensives des militaires du pays.

    Si l’armée birmane avait surpris en annonçant un cessez-le-feu pour 4 mois, l’Etat de l’Arakan n’est pas concerné, ce qui a poussé d’autres groupes rebelles dans le nord à refuser cette trêve. Dans ce contexte, le processus de paix, priorité annoncée de la dirigeante Aung San Suu Kyi, paraît donc une nouvelle fois très fragilisé. 

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.