GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 17 Mars
Lundi 18 Mars
Mardi 19 Mars
Mercredi 20 Mars
Aujourd'hui
Vendredi 22 Mars
Samedi 23 Mars
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    La justice japonaise rejette la demande de remise en liberté de Carlos Ghosn

    media Carlos Ghosn, dessiné lors d'une audience le 8 janvier 2019 à Tokyo. Mandatory credit Kyodo/via REUTERS

    Carlos Ghosn reste en prison. Le PDG du géant automobile français Renault, détenu depuis le 19 novembre et accusé notamment de malversations financières, a vu sa demande de remise en liberté rejetée par le tribunal de Tokyo, ce mercredi 9 janvier 2019. La veille, l'ancien homme fort de Nissan, dont il a été évincé, avait eu pour la première fois l'occasion de clamer publiquement son innocence.

    Au lendemain de sa première comparution devant la justice, Carlos Ghosn, 64 ans, s'est vu signifier son maintien en détention, dans un communiqué laconique.

    Ses avocats avaient déposé une procédure pour obtenir sa libération, mais la justice japonaise estime qu'il existe un risque de fuite et d'altération des preuves.

    L'ancien numéro un de l'alliance entre les constructeurs Renault, Nissan et Mitsubishi a été mis en examen le 10 décembre.

    On l'accuse d'avoir dissimulé des revenus aux autorités boursières de l'archipel nippon. Il pourrait également être inculpé pour abus de confiance vendredi, date à laquelle prend fin sa garde à vue.

    Aux yeux du parquet, Carlos Ghosn aurait tenté de faire couvrir par Nissan « des pertes sur des investissements personnels », 1,85 milliard de yens, lors de la crise financière de 2008.

    Mardi, le capitaine d'industrie a réfuté point par point les accusations, se déclarant « faussement accusé et détenu de manière injuste ».

    L'avocat de l'homme d'affaires, Motonari Otsuru, estime que le Libano-Brésilo-Français risque de rester en détention jusqu'à son procès, dans plusieurs mois.

    Avec agences

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.