GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 17 Février
Lundi 18 Février
Mardi 19 Février
Mercredi 20 Février
Aujourd'hui
Vendredi 22 Février
Samedi 23 Février
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Urgent

    Selon France Info, le jihadiste français Fabien Clain, qui avait revendiqué au nom du groupe État islamique les attentats du 13 novembre 2015 à Paris, a été tué lors d'une frappe aérienne de la coalition à Baghouz, en Syrie. Son frère Jean-Michel a également été gravement blessé.

    Asie-Pacifique

    Sri Lanka: le nouveau chef d'état-major accusé de crimes de guerre

    media Le général Shavendra Silva (ici, le 28 mai 2009) a été promu jeudi 10 janvier 2019 numéro deux de l'armée de terre. Ishara S. KODIKARA / AFP

    Au Sri Lanka, le président Sirisena vient de nommer chef d’état-major de l’armée de terre Shavendra Silva, un général soupçonné de crimes de guerre. Des crimes commis pendant la guerre contre les séparatistes tamouls, défaits il y a neuf ans par l’armée sri-lankaise dans un véritable bain de sang, qui aurait fait 40 000 morts.

    Son « expérience » apportera « force et courage » aux forces armées du Sri Lanka : le président Sirisena n’a pas tari d’éloges en élevant le général Shavendra Silva au rang de chef d’état-major de l’armée de terre.

    Une décision qui a fait bondir les défenseurs des droits de l’homme. « Il est promu au lieu d’être traduit en justice », a réagi l’organisation Projet international Vérité et Justice, qui demande que le nouveau chef d’état-major soit jugé. Un rapport de l’ONU de mars 2011 lie la 58e division qu’il commandait à plusieurs crimes de guerre potentiels commis dans les derniers jours du conflit - ses soldats auraient entre autres abattu des rebelles qui se rendaient.

    Shavendra Silva a déjà échappé à un procès intenté contre lui aux Etats-Unis pour crimes de guerre - il bénéficiait de l’immunité diplomatique en tant qu’ambassadeur adjoint du Sri Lanka à l’ONU.

    En 2015, le président Sirisena avait été élu à la tête du pays en promettant la justice pour les victimes de guerre. Quatre ans après le bilan est maigre et cette nomination ne laisse pas augurer du meilleur, d’autant qu’elle intervient moins de trois mois après sa tentative ratée de nommer au poste de Premier ministre l’ancien président Rajapakse, celui qui avait justement terminé la guerre à marche forcée.

    (Re) lire : Sortie de crise au Sri Lanka: le président nomme son nouveau gouvernement

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.