GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 14 Avril
Lundi 15 Avril
Mardi 16 Avril
Mercredi 17 Avril
Aujourd'hui
Vendredi 19 Avril
Samedi 20 Avril
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Philippines: référendum sous tension à Mindanao, dans le sud de l'archipel

    media Des femmes votent dans un bureau à Cotabato, sur l'île de Mindanao dans le sud de l'archipel des Philippines, le 21 janvier. Noel CELIS / AFP

    Référendum sous haute tension dans le sud des Philippines, sur la grande île de Mindanao. Ce lundi 21 janvier, près de trois millions de Philippins sont appelés à se prononcer sur la création d'une nouvelle région autonome musulmane. L'initiative répond à l'accord de paix conclu en 2014 avec les rebelles musulmans pour tourner la page de plusieurs décennies d'insurrection meurtrière.

    Avec notre envoyée spéciale à Cotabato, Marianne Dardard

    Devant l'école Central Pilot de Cotabato protégée par les tanks de l'armée, la file s'étend sur des centaines des mètres. Les électeurs patientent dans le calme, quand soudain, une dispute éclate à l'intérieur du bureau de vote. Les militaires accourent avant de disperser la foule : un électeur vient de tenter de voter frauduleusement en utilisant différents papiers d'identité.

    Vigilance particulière

    Alors que les Philippines connaissent un fort niveau de violence électorale, encore plus en période électorale, le référendum pour la création d'une nouvelle région autonome musulmane fait l'objet d'une vigilance toute particulière sur l'île de Mindanao, placée sous loi martiale, depuis le siège en 2017 de la ville de Marawi par des jihadistes se réclamant du groupe Etat islamique.

    Khalid Mero est l'un des observateurs du vote, côté ancien rebelle. « Nous sommes là pour nous assurer par exemple s'il y a suffisamment d'observateurs dans chaque bureau, et si les urnes sont bien ouvertes et vides avant utilisation. »

    Les urnes envoyées par avion à Manille

    Musulmane, Jehan Usop, est, elle, venue pour le compte du Conseil pastoral pour le vote responsable, une organisation chrétienne. « A l'origine il n'y avait pas assez de volontaires disponibles et c'est pour cette raison que je me suis proposée pour observer le scrutin. »

    A l'issue du vote, les urnes seront envoyées par avion à Manille, la capitale, d'où seront annoncés les résultats pour plus de transparence.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.