GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 10 Novembre
Lundi 11 Novembre
Mardi 12 Novembre
Mercredi 13 Novembre
Aujourd'hui
Vendredi 15 Novembre
Samedi 16 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Asie-Pacifique

    #MeToo en Corée du Sud: un ex-procureur condamné pour abus de pouvoir

    media L'ancien procureur de Séoul Ahn Tae-geun lors de son arrivée à la cour du district central de Séoul, mercredi 23 janvier 2019, pour son procès. Jung Yeon-je / AFP

    L’affaire qui a lancé le mouvement #MeToo en Corée du Sud vient de connaître un premier dénouement judiciaire : Ahn Tae-geun, un ancien procureur de Séoul, a été condamné mercredi à deux ans de prison ferme pour abus de pouvoir. L’homme âgé de 53 ans a été jugé coupable d’avoir brisé la carrière d’une de ses collègues féminines, Seo Ji-hyeon, après que celle-ci l’a accusé de harcèlement sexuel. L’affaire avait fait grand bruit et encouragé de nombreuses Coréennes à dénoncer les abus sexuels dont elles sont victimes.

    Avec notre correspondant à Séoul,  Frédéric Ojardias

    C’est un verdict inhabituellement sévère pour ce type d’affaire en Corée du Sud : le tribunal central de Séoul a condamné à deux ans de prison ferme l’ancien procureur Ahn Tae-geun.

    L’homme est accusé d’avoir tripoté une jeune collègue en 2010 lors d’un dîner organisé à l’occasion de funérailles. Quand la jeune femme, Seo Ji-hyeon, l’avait dénoncé en interne, il avait utilisé sa position pour la faire muter dans un petit tribunal de province, une mutation qui avait brisé sa carrière prometteuse.

    Il y a un an, Seo Ji-hyeon s’est résolue à accuser publiquement son supérieur, une décision rare dans une société où les victimes d’agressions sexuelles préfèrent se taire. Ses accusations, en larmes et à la télévision, ont lancé le mouvement #MeToo en Corée du Sud. Son courage a inspiré de nombreuses autres victimes à parler. Une avalanche de révélations s’est ensuivie, notamment dans les milieux culturels.

    Le tribunal de Séoul vient de confirmer que l’ancien procureur avait bien muté la jeune femme « pour cacher ses méfaits ». Ahn Tae-geun nie les faits reprochés. Il a annoncé qu’il fera appel.

    (Re) lire : Les effets inattendus et pervers du mouvement «Me Too» en Corée du Sud

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.