GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 18 Septembre
Jeudi 19 Septembre
Vendredi 20 Septembre
Samedi 21 Septembre
Aujourd'hui
Lundi 23 Septembre
Mardi 24 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Les Talibans représentés par leur ex-numéro 2 pour discuter avec les Etats-Unis

    media Des Talibans photographiés à Ghanikhel dans la province de Nangarhar, le 16 juin 2018. REUTERS/Parwiz

    Ce n'est plus un secret, les Etats-Unis négocient avec les Talibans afin de mettre un terme à la rébellion islamiste en Afghanistan. Les discussions se déroulent au Qatar depuis plusieurs mois, mais depuis jeudi, les Talibans ont un visage : celui d'Abdul Ghani Baradar qui vient d'être désigné négociateur en chef par les insurgés.

    C'est un poids lourd de la rébellion islamiste. Un vieux routier considéré comme le co-fondateur du mouvement taliban dans les années 1990. A l'époque, Baradar était le bras droit du mollah Omar, le chef historique de l'organisation talibane. Quand les Talibans arrivent au pouvoir en Afghanistan, on lui confie des postes sensibles. Cela n'a jamais été officiel, mais Interpol estime que Baradar faisait office de vice-ministre de la Défense.

    Une concession américaine...

    En 2001, après les attentats du 11 septembre, la coalition internationale menée par les Etats-Unis envahit l'Afghanistan et fait tomber les Talibans. Abdul Ghani Baradar s'enfuit et passe au Pakistan où il va rester presque dix ans sans être inquiété. Il sera arrêté à Karachi à 2010 lors d'une opération conjointe des forces américaines et pakistanaises. C'est un coup de tonnerre, parce qu'à ce moment-là, Baradar est considéré comme le plus haut gradé des Talibans encore en activité.

    Pourquoi refait-il surface maintenant ? C'est sans doute une concession des Américains qui parlent avec les Talibans depuis plusieurs mois au Qatar. Ils ont contribué à faire sortir Baradar de prison il y a quelques mois et aujourd'hui, celui-ci devient leur principal interlocuteur.

    C’est un signe que Washington cherche un patron, quelqu'un d'influent au sein de la nébuleuse talibane, afin de négocier une sortie politique de cette insurrection afghane qui a déjà fait des milliers de morts et coûté des milliards de dollars aux Etats-Unis.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.