GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 23 Juin
Lundi 24 Juin
Mardi 25 Juin
Mercredi 26 Juin
Aujourd'hui
Vendredi 28 Juin
Samedi 29 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • France: Jean-François Ricard a été officiellement nommé à la tête du parquet national antiterroriste
    • Canicule en France: le mercure va encore grimper ce jeudi, journée la plus chaude; pollution à l'ozone et risques sanitaires à venir
    • Hôpitaux: plus de neuf Français sur dix soutiennent la grève aux urgences (sondage)
    • Commerce: Trump dénonce les taxes douanières «inacceptables» imposées par l'Inde
    • G20: le président chinois Xi Jinping est à Osaka pour participer à la réunion
    Asie-Pacifique

    Dans une interview, Carlos Ghosn dénonce un complot des dirigeants de Nissan

    media Carlos Ghosn dénonce un «complot et une trahison» dans une interview au quotidien «Nikkei». REUTERS/Issei Kato/

    Carlos Ghosn, détenu au Japon pour des malversations financières accorde sa toute première interview dans la prison de Tokyo - un privilège très rarement consenti par le ministère public japonais - au journal économique « Nikkei ». L'ex-patron de l’alliance entre Renault et Nissan se dit victime d'un complot et d'une trahison de la part des dirigeants de Nissan.

    Avec notre correspondant à Tokyo, Frédéric Charles

    Carlos Ghosn dit n’avoir aucun doute que les accusations portées contre lui sont la conséquence d’un « complot et d’une trahison » de la part des dirigeants de Nissan.

    Holding commune

    Pas plus tard qu’en septembre 2018, il avait parlé avec son successeur Hiroto Saikawa, l’actuel patron de Nissan, de son projet d’une holding commune. « Mais les dirigeants de Nissan étaient opposés à une intégration plus poussée entre nous et les deux partenaires japonais de l’alliance, Nissan et Mitsubishi ».

    C’est la première fois que Carlos Ghosn déclare que cette intégration, une fusion totale, selon le journal Nikkei, voulue par le gouvernement français, inclut aussi Mitsubishi. Nissan a aussitôt réagi et rappelle que son patron, Hiroto Saikawa, a toujours réfuté la notion d’un coup d’Etat.

    Pas une dictature

    Son règne de 19 ans à la tête de Nissan ne relève pas de la dictature, s’insurge Carlos Ghosn, « les gens ont déformé la réalité pour se débarrasser de moi ».

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.