GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 17 Septembre
Mercredi 18 Septembre
Jeudi 19 Septembre
Vendredi 20 Septembre
Aujourd'hui
Dimanche 22 Septembre
Lundi 23 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Plusieurs centaines de personnes se revendiquant des «gilets jaunes» sont rassemblées à Paris ce samedi matin
    • Mondial 2019 de rugby au Japon: la France bat l'Argentine 23-21 dans un match capital pour la qualification
    • Chantier de Notre-Dame: «pas de pression» sur le calendrier des travaux (Franck Riester au «Parisien»)
    • Les Gardiens de la révolution préviennent que tout pays qui attaque l'Iran sera «le champ de bataille» (Hossein Salami)
    Asie-Pacifique

    Pluies dans le nord-est australien: «Un océan de carcasses de bovins»

    media Des vaches entourées d'eau dans le Queensland, le 5 février 2019. COWAN DOWNS STATION/via REUTERS

    L'Etat du Queensland enchaîne catastrophe naturelle sur catastrophe naturelle : après des mois d'une sécheresse très intense, les ranchs sont sous les eaux. En sept jours, il est tombé plus d'un mètre de pluie sur la côte de l'Etat. Selon certaines estimations, les éleveurs auraient déjà perdu 300 000 têtes de bétail.

    Avec notre correspondante à Melbourne, Caroline Lafargue

    « Un océan de carcasses de bovins », c'est la vision d'horreur décrite par les éleveurs du nord-est de l'Australie.

    La bénédiction devient catastrophe

    Il y a une semaine, les éleveurs du Queensland trinquaient de joie dans les pubs. Les pluies diluviennes tombées sur la côte venait enfin les libérer de la sécheresse à l'intérieur des terres. Depuis, la bénédiction s'est transformée en catastrophe. Vingt millions d'hectares ont été noyés, soit quasiment un tiers de la superficie de la France.

    Conséquence : des centaines de milliers de têtes de bétail sont déjà mortes noyées ou de faim, et les éleveurs, en état de choc, réclament de l'aide pour nourrir les bêtes survivantes.

    Convoi d'aide

    Une flotte d'au moins 50 camions chargés de balles de foin a commencé à arriver dans la zone, d’autres encore sont en route depuis le sud de l'Australie. Les comtés et les éleveurs eux-mêmes doivent ensuite organiser le parachutage de ce fourrage sur les ilots sur lesquels les bovins rescapés se sont échoués.

    De leur côté, les autorités australiennes ont débloqué une aide financière d'urgence de 63 millions d'euros pour les éleveurs sinistrés, auxquels il faut ajouter 2 millions d'euros dédiés au soutien psychologique des éleveurs qui ont déjà perdu 40, 50, voire 100% de leurs troupeaux.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.