GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 15 Septembre
Lundi 16 Septembre
Mardi 17 Septembre
Mercredi 18 Septembre
Aujourd'hui
Vendredi 20 Septembre
Samedi 21 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Justin Trudeau considère «totalement inacceptable» de s'être grimé en Noir
    • La compagnie française XL Airways en cessation de paiements, demande son placement en redressement judiciaire (communiqué)
    • Décès de l'acteur français Charles Gérard, second rôle fétiche de Lelouch et grand ami de Jean-Paul Belmondo
    • Le Parquet russe demande à la justice de libérer un acteur emprisonné après un mouvement de soutien
    • Idleb (Syrie): veto russe-chinois à l'ONU à une résolution imposant un cessez-le-feu
    • Décès de l’ancien président tunisien Zine el-Abidine Ben Ali
    Asie-Pacifique

    Bangladesh: la lutte musclée des autorités contre la drogue pointée du doigt

    media Des cachets de méthamphétamine saisis par les forces de l'ordre bengalaises à bord d'un autobus à Teknaf, dans le district de Cox's Bazar, le 6 avril 2018. MUNIR UZ ZAMAN / AFP

    Au Bangladesh, les autorités affichent des résultats encourageants en matière de lutte contre les trafiquants de drogue. L’an dernier, 53 millions de cachets de méthamphétamine ont été saisis, un record. Mais dans le même temps, près de 300 trafiquants présumés ont été tués dans le cadre de cette campagne musclée, dénoncée par les défenseurs des droits.

    Les autorités bangladaises emploient les grands moyens pour nettoyer les villes et les villages de ces pilules très addictives surnommées « la drogue qui rend fou ». Une drogue bon marché produite en Birmanie voisine.

    En mai dernier, la Première ministre Sheikh Hasina a déclaré la guerre au trafic de stupéfiants, après la publication de rapports faisant état de consommation en hausse de métamphétamines.

    Un mois plus tard, l’ONG Human Rights Watch (HRW) s’inquiétait de ses dérives, estimant que les forces de l’ordre avaient tué plus de 100 personnes suspectées d’être liées au trafic de drogue.

    Mis en cause, le gouvernement avait rétorqué qu’aucune de ces personnes n’était  « innocente ».

    « Les gens ne perdent pas leurs droits fondamentaux parce qu’ils utilisent ou vendent des drogues. La présomption d'innocence doit être au premier plan de tout effort visant à lutter contre le trafic de drogue », avait alors souligné le Haut-Commissaire des Nations unies aux droits de l’homme, Zeid Ra'ad al-Hussein.

    En dépit des critiques internationales, le Bangladesh a poursuivi sa ligne dure, semblant s’inspirer de la guerre antidrogue meurtrière menée aux Philippines.

    Trois cents personnes ont été tuées et 25 000 autres arrêtées durant l’année 2018. Si les autorités se réjouissent de la saisie record de cachets, les défenseurs des droits de l’homme à l’inverse estiment que la répression policière ne fonctionne pas, appelant le Bangladesh à revoir son approche.

    (Ré) écouter : Bangladesh: les droits de l'homme verrouillés (Chronique des droits de l'homme)

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.