GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 17 Juillet
Jeudi 18 Juillet
Vendredi 19 Juillet
Samedi 20 Juillet
Aujourd'hui
Lundi 22 Juillet
Mardi 23 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Moyen-Orient

    Libération de l’ex-footballeur bahreïnien arrêté en Thaïlande

    media L'ex-joueur de football de l'équipe du Bahreïn Hakeem al-Araibi, ici, le 4 février 2019, a passé plus de 70 jours de détention en Thaïlande. Il a été libéré ce lundi. REUTERS/Athit Perawongmetha

    L'ancien footballeur bahreïnien Hakeem al-Araïbi a quitté sa prison thaïlandaise après 2 mois et demi derrière les barreaux et est de retour en Australie. C'est un soulagement chez les défenseurs des droits de l'homme, car son cas était devenu l'emblème d'un problème de droit international : il a fui Bahreïn, détient le statut de réfugié politique en Australie, mais a été arrêté pendant ses vacances en Thaïlande. La justice thaïlandaise pouvait-elle le renvoyer sur le territoire de Bahreïn, où il risquait dix ans de prison ? Finalement, c'est non.

    La campagne médiatique a porté ses fruits. Depuis son arrestation fin novembre, Hakeem al-Araïbi bénéficiait d'un comité de soutien très actif : Amnesty International, la FIFA, le Comité international olympique... Une dizaine d'organisations s'étaient rassemblées pour faire pression sur la Thaïlande afin qu'il ne soit pas renvoyé à Bahreïn.

    C'est gagné, après un entretien à huis clos lundi entre le ministre thaïlandais des Affaires étrangères et le prince héritier bahreïnien. Rien n'a filtré de cette rencontre, mais quelques heures plus tard, la demande d'extradition visant Hakeem al-Araïbi était levée. Ce qui l'a autorisé à rentrer en Australie où il bénéficie du statut de réfugié.

    Pas question, en revanche, de revenir à Bahreïn, car la décision de justice prononcée contre lui en 2014 reste d'actualité. Dix ans de prison pour avoir endommagé un poste de police pendant les printemps arabes. Hakeem al-Araïbi a toujours clamé son innocence. « J'étais, dit-il, à l'étranger ce jour-là, pour jouer un match de football. Je suis victime d'une cabale politique en raison de mon appartenance religieuse. » Musulman chiite, dans un pays gouverné par une monarchie sunnite.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.