GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 18 Avril
Vendredi 19 Avril
Samedi 20 Avril
Dimanche 21 Avril
Aujourd'hui
Mardi 23 Avril
Mercredi 24 Avril
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Asie-Pacifique

    Ouïghours: Pékin répond aux critiques d’Ankara

    media Des policiers chinois surveillent la sortie de la mosquée de Kashgar, dans la région de Xianjing où vit la minorité musulmane ouïghoure. (Image d'illustration) Johannes EISELE / AFP

    La Chine a annoncé ce lundi avoir protesté officiellement auprès de la Turquie après de virulentes critiques d'Ankara dénonçant le traitement réservé à la minorité musulmane turcophone des Ouïghours, dont plusieurs centaines de milliers seraient détenus. Pékin a par ailleurs démenti la mort en détention d'un chanteur et poète ouïghour dont avait fait état samedi la diplomatie turque.

    « Nous avons déjà transmis à la Turquie nos protestations officielles », a déclaré Hua Chunying, la porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, lors d'un point presse régulier. « Nous espérons que les personnes concernées côté turc pourront faire la distinction entre le vrai et le faux, et corriger leurs erreurs. »

    Les Ouïghours constituent le principal groupe ethnique du Xinjiang (nord-ouest de la Chine), une région frontalière notamment avec du Kazakhstan et de l'Afghanistan.

    Régulièrement frappée par des attentats meurtriers, attribués par Pékin à des séparatistes ou des islamistes ouïghours, elle fait l'objet depuis ces dernières années d'une très haute surveillance policière.

    Violentes critiques d'Ankara

    Jusqu'à un million de musulmans, dont une grande majorité de Ouïghours, seraient détenus dans des centres de rééducation politique, selon des experts cités par l'ONU et des organisations de défense des droits de l'homme. Ces accusations sont démenties par Pékin qui parle de « centres de formation professionnelle » contre la « radicalisation » islamiste.

    La Turquie, qui compte une importante communauté ouïghoure, avait qualifié samedi de « honte pour l'humanité », la « politique d'assimilation systématique » visant les Ouïghours, appelant la communauté internationale et le secrétaire général de l'ONU « à mettre un terme à la tragédie humaine qui se déroule au Xinjiang ».

    (avec AFP)

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.