GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 20 Avril
Dimanche 21 Avril
Lundi 22 Avril
Mardi 23 Avril
Aujourd'hui
Jeudi 25 Avril
Vendredi 26 Avril
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Australie: méga-contrat pour les sous-marins français du groupe Naval

    media Sous-marin Barracuda (classe Block 1A) proposé par la DCNS (devenue Naval Group) à la marine australienne (photo d'avril 2016). Reuters/路透社

    Les ministres de la Défense de la France et de l'Australie ont formellement signé lundi 11 février 2019 un méga-contrat de 31,3 milliards d’euros pour la construction de 12 sous-marins militaires destinés à l’armée australienne. Ces sous-marins permettront à l’Australie de renforcer sa souveraineté maritime et de faire face aux ambitions de la Chine dans les eaux de l’Asie du Sud-Est.

    C’est le plus gros programme militaire australien de tous les temps en termes d’investissements. Longs de 97 mètres et pesant plus de 4000 tonnes, les futurs sous-marins d’attaque de nouvelle génération seront de la classe Barracuda de la Marine nationale française. Le premier doit être livré en 2030 et le dernier en 2040.

    Le groupe français Naval (ex-DCNS) sera chargé de la conception et supervisera la construction des sous-marins qui seront assemblés près d'Adélaïde dans le sud de l'Australie. Le contrat va créer environ 2.800 emplois en Australie, selon le Premier ministre de l'Etat d'Australie-Méridionale, Steven Marshall, et occuper 500 personnes en France.

    Quant au système d’armement, le gouvernement australien a choisi l’Américain Lockheed Martin. Le centre nerveux du poste de combat, ainsi que les missiles Tomahawk seront donc d'origine américaine. Cela représente 30% du contrat soit environ 9 milliards d'euros.

    Naval Group espère que ce contrat sera un tremplin pour d’autres marchés. Le PDG de l’entreprise Hervé Guillou affirme avoir reçu une offre aux Pays-Bas. Il vise également des clients en Inde, en Pologne ou au Brésil, qui seraient intéressés par de plus petits sous-marins.

    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.