GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 12 Septembre
Vendredi 13 Septembre
Samedi 14 Septembre
Dimanche 15 Septembre
Aujourd'hui
Mardi 17 Septembre
Mercredi 18 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Australie: les serveurs du Parlement fédéral visés par une cyberattaque

    media Le Premier ministre australien Scott Morrison n'a pas révélé le nom du pays accusé d'avoir téléguidé l'attaque informatique (photo d'illustration). AAP Image/Mick Tsikas via REUTERS

    L'attaque informatique aurait été initiée par un gouvernement étranger. C'est ce qu'a confirmé, lundi 18 février au matin, le Premier ministre australien Scott Morrison devant le Parlement. Le piratage s'est produit le 8 février et, depuis, peu d'informations ont filtré sur les conséquences de cette intrusion.

    Avec notre correspondante à Melbourne, Caroline Lafargue

    La maison a été cambriolée, il y a des signes évidents d'effraction sur la porte d'entrée mais aucun objet ne semble avoir été volé... C'est l'image qui résume le mieux le piratage des serveurs du Parlement fédéral australien.

    On ne sait pas quelles sont les infos piratées

    Selon Alistair MacGibbon, le directeur du Centre de cybersécurité australien, on ne sait pas quelles informations ont pu être piratées. De son côté, Scott Morrison, le Premier ministre, affirme que la cyberattaque a été détectée très tôt. Résultat : les ordinateurs des députés également ministres en sont sortis indemnes et les boîtes courriels des simples députés n'auraient pas non plus été piratées.

    Mais on connaît les cibles de l'attaque. Il s'agit des députés du Parti libéral et du Parti national actuellement au gouvernement, et ceux du Parti travailliste, dans l'opposition.

    Possibles objectifs, selon les experts australiens : casser la confiance des Australiens dans leurs institutions ou influencer l'issue des élections fédérales qui se tiendront à la mi-mai.

    La Chine dans le collimateur

    Le Premier ministre en est sûr, l'attaque émane d'un gouvernement étranger, qu'il ne nommera pas. Mais en Australie, tous les regards - surtout ceux des médias et des experts - se tournent vers la Chine, déjà accusée d'être à l’origine du piratage des serveurs du Parlement fédéral en 2011 qui lui aurait permis de lire les courriers électroniques des députés australiens pendant des mois.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.