GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 22 Mai
Jeudi 23 Mai
Vendredi 24 Mai
Samedi 25 Mai
Aujourd'hui
Lundi 27 Mai
Mardi 28 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Italie: la fille du transfuge nord-coréen Jo Song Gil «rapatriée» à Pyongyang

    media L'entrée de l'ambassade nord-coréenne de Rome REUTERS/Alessandro Bianchi

    L’Italie a confirmé mercredi 20 février que la fille du transfuge nord-coréen Jo Song Gil, ancien ambassadeur par intérim de Corée du Nord à Rome, avait été rapatriée à Pyongyang en décembre. Une très mauvaise nouvelle pour le diplomate en fuite, qui a fait défection avec sa femme en novembre dans un pays tiers. On ne sait toujours pas quel pays l’a accueilli, mais le régime pourrait utiliser la fille du couple comme otage pour faire pression sur eux.

    Avec notre correspondant à Séoul,  Frédéric Ojardias

    Des agents nord-coréens ont-ils emmené de force la fille de Jo Song Gil depuis Rome jusqu’à Pyongyang ? C’est en tout cas ce que semble suggérer le communiqué du ministère italien des Affaires étrangères, qui dit avoir été informé du désir de la jeune fille de rentrer chez ses grands-parents, au Nord. La lycéenne de 17 ans aurait été « accompagnée » par du personnel féminin de l’ambassade nord-coréenne le 14 novembre 2018.

    Thae Yong Ho appelle désormais Jo Song Gil à ne pas rejoindre Séoul

    Ce rapatriement, qui survient quelques jours seulement après la fuite de ses parents à Rome, est pour le moins suspect. Il explique sans doute le silence de Jo Song Gil depuis sa disparition. Un autre célèbre transfuge, Thae Yong Ho, ancien vice-ambassadeur nord-coréen à Londres réfugié à Séoul depuis 2016, a demandé à son compatriote de ne surtout pas venir en Corée du Sud. Les punitions infligées aux membres de la famille de ceux qui s’enfuient au Sud sont beaucoup plus graves que pour ceux qui choisissent un autre pays, a-t-il averti.

    Les diplomates nord-coréens sont en général obligés de laisser leurs enfants à Pyongyang, afin d’éviter les défections. Mais Jo Song Gil, membre d’une famille de très haut rang, avait bénéficié d’une exemption.

    ►À relire : La défection du diplomate nord-coréen Jo Song Gil, un casse-tête diplomatique

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.