GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 17 Septembre
Mercredi 18 Septembre
Jeudi 19 Septembre
Vendredi 20 Septembre
Aujourd'hui
Dimanche 22 Septembre
Lundi 23 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Pédophilie: le numéro trois du Vatican reconnu coupable d'agression sexuelle

    media Le cardinal George Pell au tribunal de Melbourne, le 26 février 2019. AAP Image/David Crosling/via REUTERS

    Le cardinal australien George Pell, troisième plus haut personnage dans la hiérarchie du Vatican, a été reconnu coupable d'agression sexuelle sur mineur par un tribunal australien.

    Sa condamnation remonte au 11 décembre dernier, mais les médias avaient jusqu’ici interdiction d'en faire mention sous peine de poursuites. Mais avec la levée de cette obligation, mardi 26 février, c’est la réputation du cardinal George Pell, 77 ans, qui vole en éclat. Et son avenir au sein de l'Eglise catholique qui s'assombrit.

    Le tribunal de Melbourne a en effet déclaré coupable le prélat australien d’agression sexuelle ainsi que de quatre chefs d’attentat à la pudeur contre deux enfants de chœur alors âgés de 12 et 13 ans. Des faits commis dans la sacristie de la cathédrale Saint-Patrick de Melbourne dans les années 1990.

    Considéré comme « un des plus grands hommes de l'Eglise que l'Australie ait jamais eus » par l'ex-Premier ministre conservateur Tony Abott, sa réputation avait déjà été sérieusement écornée ces dernières années par des accusations selon lesquelles il aurait couvert des abus sexuels commis par des prêtres.

    Le silence sur cette affaire avait été imposé pour protéger le jury d’un second procès au cours duquel le cardinal devait être jugé pour d’autres faits présumés. Finalement, l’accusation a renoncé à cette seconde série de poursuites, autorisant les médias à annoncer le verdict. Une nouvelle audience doit avoir lieu mercredi pour fixer sa peine.

    Même s’il avait pris congé de ses fonctions pour se défendre, le cardinal Pell est toujours officiellement à la tête du secrétariat pour l'économie du Saint-Siège, soit le numéro trois du Vatican. Ce qui en fait donc la plus haute personnalité de l'Eglise condamnée pour pédophilie. Ses avocats ont annoncé leur intention de faire appel.

    (Avec AFP)


     ■ Une sortie sous les insultes

    Avec notre correspondante à Melbourne, Caroline Lafargue

    C'est un vieil homme boitillant, appuyé sur sa canne, qui a affronté la foule à la sortie du tribunal de Melbourne. Des anonymes hurlaient sur son passage : « Brûle en enfer, Pell ! »

    Le monde politique exprime aussi son dégoût, à commencer par le Premier ministre, Scott Morrison, qui voit dans la condamnation de George Pell la preuve que « personne n'est au-dessus de la loi en Australie », pas même l'ancien numéro 3 du Vatican.

    Les médias locaux ont été inondés de messages, entre autres de victimes d'autres pédophiles pour qui la condamnation du cardinal est un peu la condamnation de leur propre agresseur. C'est le cas de George : « Toute ma vie, on m'a dit que j'étais un menteur. Aujourd'hui, enfin, un juge a dit : "Nous vous croyons". »

    Mais le cardinal conserve quelques soutiens publics, comme le prêtre jésuite Frank Brennan. Celui-ci se dit « anéanti » et estime que le récit de la principale victime, un ancien enfant de chœur, est émaillé de contradictions sur les dates, les lieux, les habits, les gestes de George Pell.

    Le cardinal connaîtra les détails de sa peine la semaine prochaine mais il va faire appel. En attendant, il devrait rester en détention provisoire. Ensuite, ses avocats espèrent jouer sur son âge pour limiter son séjour derrière les barreaux.

    ■ « Une nouvelle douloureuse » pour le Vatican

    C’est un nouveau coup dur pour le Vatican alors que vient de s’achever une rencontre internationale pour lutter contre la pédophilie. Le Saint-Siège a très vite réagi à l’annonce de la justice australienne.

    Avec notre correspondant à Rome,  Eric Sénanque

    Le Saint-Siège a « pris acte » du verdict du tribunal visant le cardinal Pell. « Une nouvelle douloureuse qui, nous en sommes bien conscients, a choqué de très nombreuses personnes et pas seulement en Australie », a commenté le porte-parole du Vatican.

    Le Saint-Siège qui réaffirme son « respect total à l’égard de la justice australienne » a-t-il précisé. Le Vatican qui au nom de ce respect attend désormais l’issue du procès en appel et souligne que le cardinal australien a le droit de poursuivre sa défense jusqu’au bout.

    Cette condamnation est en tout cas spectaculaire : George Pell faisait partie du premier cercle des collaborateurs du pape François, nommé début 2014 préfet du secrétariat à l’économie du Saint-Siège.

    Après avoir été accusé d’avoir protégé des abus perpétrés par d’autres prêtres sur des mineurs dans les années 70, le haut prélat australien a dû faire face à l’été 2017 à des accusations de pédophilie le visant directement. Le pape François l’a mis alors en congé pour qu’il aille se défendre devant la justice de son pays.

    Ce mardi, on a appris que François avait confirmé des « mesures de précautions » vis-à-vis du cardinal, à savoir l’interdiction d’exercer publiquement son ministère, et biensûr d’avoir des contacts avec des mineurs.

     

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.