GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 18 Août
Lundi 19 Août
Mardi 20 Août
Mercredi 21 Août
Aujourd'hui
Vendredi 23 Août
Samedi 24 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Pakistan: le dénonciateur d’un crime d’honneur abattu en pleine rue

    media Les funérailles d'Afzal Kohistani, vendredi 8 mars 2019, abattu de cinq balles pour avoir dénoncé il y a sept ans un crime d'honneur. JAMEEL AHMED / AFP

    Au Pakistan, quatre jeunes filles et deux jeunes hommes ont été tués en 2012 sur ordre d'un conseil de justice tribal à cause d'une vidéo diffusée sur internet. Suite à ce crime d'honneur qui avait bouleversé le pays, l'homme qui s'était battu pour que la justice s'empare de cette affaire vient d'être abattu à son tour.

    Avec notre correspondante à Islamabad,  Solène Fioriti

    Sept ans plus tard la vidéo, d'une banalité confondante est encore accessible sur internet. On y voit cinq jeunes femmes assises par terre, toutes voilées et dont certaines se cachent même le visage, applaudir deux hommes qui dansent. Des images prises lors d'un mariage célébré au Kohistan, une région particulièrement conservatrice, où des codes tribaux interdisent aux hommes et aux femmes d'être ensemble pendant les mariages.

    La mise en ligne de la vidéo leur sera fatale. Quatre des filles, ainsi que les deux danseurs, seront assassinées. L'histoire, aussi barbare soit-elle, en serait restée là si le frère d'un des deux danseurs n'avait eu le courage de dénoncer leur mort. Afzal Kohistani, visage fin, regard pénétrant, fera le tour des plateaux de télévision pendant plusieurs années pour que justice soit rendue.

    La Cour suprême instruira finalement l'affaire, sans trouver de coupable. Ces deux dernières années, Afzal Kohistani avait confié à plusieurs reprises sa peur d'être lui-même pris pour cible. Abbottabad, sa ville d'origine, est connue pour sa violence et ses réseaux criminels. Elle était même la dernière cachette d'Oussama Ben Laden avant qu'il y soit tué en 2011.

    C'est en plein jour et dans une de ses rues qu'Afzal Kohistani a été abattu mercredi. Lors des manifestations pour la Journée de la femme au Pakistan, son nom était de tous les slogans.

    (Re) lire : Pakistan: le Parlement adopte une loi historique contre les crimes d’honneur

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.