GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 11 Juillet
Vendredi 12 Juillet
Samedi 13 Juillet
Dimanche 14 Juillet
Aujourd'hui
Mardi 16 Juillet
Mercredi 17 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    [Reportage] Fukushima: 8 ans après, la vie des Japonais reste difficile

    media Des laborantins découpent du poisson pour des tests de radiation dans le port de Matsukawaura à Soma, dans la préfecture de Fukushima, le 20 février 2019. REUTERS/Issei Kato

    Le Japon commémore la catastrophe de Fukushima, le tremblement de terre puis le tsunami et l'accident nucléaire qui, il y a huit ans jour pour jour, le 11 mars 2011, ont fait 18 000 morts et disparus. Ce drame a rendu les Japonais encore plus attentifs au risque de catastrophes naturelles majeures et cela a un impact sur leur vie quotidienne. Reportage.

    Avec notre correspondant à Tokyo,  Bruno Duval

    Depuis le 11 mars 2011, beaucoup de Japonais ont préparé un « kit de survie ». C'est le cas de cette femme au foyer. « Dans ce sac, il y a une radio, des piles, une lampe de poche, etc. Au cas où je devais évacuer en urgence. Je n'en aurais peut-être pas le temps, cela dit, le jour venu. Auquel cas, je resterais chez moi et je prierais et le destin décidera de mon sort », explique-t-elle.

    D'autres font carrément des stocks. Comme ce retraité : « Chez moi, depuis Fukushima, il y a toujours assez d'eau et de nourriture pour pouvoir survivre pendant une semaine s'il n'y avait plus rien dans les magasins à la suite d'un énorme séisme », dit-il.

    En huit ans, le nombre d'habitations assurées contre le risque de séismes majeurs s'est envolé. Mais beaucoup de bâtiments publics – d'écoles notamment – ne résisteraient pas à une telle secousse. Aussi, le ministère de l'Education va autoriser les enfants à venir à l'école avec leur téléphone.

    C'est très bien, pour ce père de famille. « C'est le minimum, vu les prévisions des sismologues. Après une catastrophe, je veux pouvoir joindre ma fille dans les deux minutes pour m'assurer qu'elle va bien », dit-il.

    Selon les experts, il y a 80% de probabilités que dans les trente ans à venir, un séisme puis un tsunami majeur dévaste une grande partie de la côte est du pays.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.