GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 15 Mai
Jeudi 16 Mai
Vendredi 17 Mai
Samedi 18 Mai
Aujourd'hui
Lundi 20 Mai
Mardi 21 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Législatives indiennes 2019: dispendieuses mais populaires

    media Narendra Modi reuters

    La plus grande démocratie du monde élit ses députés le mois prochain. Le scrutin, qui se déroulera en neuf étapes, mobilisera 11 millions d’agents et des logistiques à la mesure de la dimension de ce pays-continent. Le ralentissement de l’économie indienne complique la campagne du Premier ministre Narendra Modi et de son parti nationaliste au pouvoir à New Delhi depuis 5 ans. Le bilan des sortants est assombri par la multiplication des attaques meurtrières contre les minorités musulmanes perpétrées par des militants hindouistes.

    2019 est une année électorale importante pour l’Inde, dont l’enjeu principal est le renouvellement de la chambre basse du Parlement fédéral, qui est dominé depuis cinq ans par les hindouistes. Les dates du scrutin législatif viennent d’être annoncées par la commission électorale indienne : la population votera du 11 avril au 19 mai prochain pour élire leurs 543 députés. Ce sera les 17èmes élections législatives en Inde depuis son indépendance en 1947. La toute première édition s’est déroulée en 1952.

    Mode de scrutin

    Les législatives 2019 seront étalées sur 7 dates réparties sur 6 semaines, chose qui n’étonnera personne compte tenu de la dimension quasi continentale de ce pays et sa population forte de 1,25 milliard d’habitants. L’Inde est administrativement divisée en 29 Etats fédérés et 7 territoires. Alors que certains Etats auront accompli leur devoir électoral en une seule journée, d’autres comme l’Etat de l’Uttar Pradesh où vit 1 Indien sur 6, verront leurs électeurs voter à des dates différentes. Les résultats seront connus à partir du 23 mai. Ils seront annoncés par la commission électorale, qui est une organisation autonome et respectée de part et d'autre de la ligne de fracture idéologique.

    Le vote n’est pas obligatoire en Inde, mais il est populaire. 66% des inscrits ont voté aux législatives de 2014. Le mode de scrutin est majoritaire et uninominal. Il faut 272 sièges pour obtenir la majorité dans un Parlement qui compte 545 sièges. Le parti ou la coalition qui peut se targuer d’avoir atteint ce seuil magique est appelé par le président de l'Union pour former le gouvernement. Son chef de file devient automatiquement Premier ministre, fonction que brigue l’actuel locataire du 7, Race Course Road, à New Delhi (primature), Narendra Modi, 68 ans.

    Rahul Gandhi, principale cible des nationalistes indiens dirigés par Narendra Modi ici à New Delhi le 29 avril 2018. REUTERS/Altaf Hussain

    Le principal adversaire de Narendra Modi est Rahul Gandhi, 48 ans, chef de file de l’opposition, mais peu expérimenté en matière de gouvernance, n’ayant jamais exercé de responsabilités gouvernementales. Il est le patron du parti historique du Congrès qui a conduit l’Inde à l’indépendance en 1947 et a depuis gouverné le pays pendant plus de cinq décennies. Au pouvoir entre 2004 et 2014, le Congrès a vu sa bonne fortune s’étioler à cause de la multiplication des affaires de corruption impliquant des ministres. Ce parti a été évincé du pouvoir aux législatives historiques de 2014 qui ont été remportées avec une écrasante majorité par le parti nationaliste hindou, le Bharatiya Janata Pary (BJP) dirigé par Narendra Modi. Le BJP avait laminé le Congrès, remportant 282 sièges. Aucun parti n’avait enregistré une victoire aussi massive depuis 1984 lorsque le Congrès avait remporté 414 sièges, suite à l’assassinat de son leaderIndira Gandhi, la grand-mère de l’actuel chef du Congrès.

    Enjeux politiques et économiques

    Les législatives de 2019 qui vont opposer deux visions de l’Inde seront décisives pour l’avenir de ce pays tant sur le plan économique que sur le plan politique. Représentant d’une droite musclée, Modi est arrivé au pouvoir en promettant le développement économique et le renforcement de l’identité hindoue de l’Inde qui, selon les théoriciens du parti au pouvoir, aurait été malmenée sous les gouvernements successifs du parti du Congrès, considéré trop favorable aux minorités.

    La population indienne se répartit entre la majorité hindoue (79,8%) et les minorités religieuses, dont les plus importantes sont les musulmans (12,3%) et les chrétiens (2,3%). A l’indépendance, l’Inde a inscrit dans sa Constitution son choix d’un modèle de démocratie laïque ou « secular », selon la terminologie officielle. Le sécularisme indien ne reconnaît aucune religion d’Etat et garantit la liberté totale en matière de foi religieuse. C’est cette vision d’une démocratie basée sur la liberté et l’égalité religieuses, qui est mise en cause par les nationalistes hindous au pouvoir, mais ils n’ont pas la majorité constitutionnelle des deux tiers requise pour changer la Loi fondamentale.

    Il n’en reste pas moins que cette question du sécularisme est devenue un prétexte à une agitation et une mobilisation incessantes de la part des militants hindouistes, encouragés par les prises de position des dirigeants gouvernementaux faisant la promotion de l’identité hindoue de l’Inde. Depuis 2014, il y a eu des cas de lynchages de musulmans au nom de la « protection de la vache », animal sacré dans l’hindouisme. Le Premier ministre ayant tardé à condamner ces meurtres, les musulmans sont de plus en plus souvent pris à partie.

    En matière économique, le gouvernement Modi a réussi à donner un coup de fouet à l’activité qui affichait entre 2014 et 2016 la croissance la plus forte des pays du G20 à environ 7,5%,si l’on en croit les rapports de l’OCDE. La deuxième partie du mandat de Narendra Modi a été moins favorable pour l’économie qui s’est ralentie à cause du choc de la « démonétisation » (retrait brutal de la circulation des billets de banque les plus utilisés pour accélérer la conversion des espèces en comptes bancaires) et la mise en place chaotique d’une TVA nationale pour remplacer la foultitude de prélèvements locaux.

    Monter au front

    Le gouvernement se heurte aujourd’hui à un mécontentement grandissant lié au chômage et aux inégalités. En janvier, un rapport officiel révélait que le taux de chômage aurait atteint son niveau le plus élevé depuis 45 ans.

    La détresse rurale s’est également imposée comme l’un des thèmes majeurs de la campagne électorale, suite à des manifestations récentes des paysans protestant contre la stagnation des prix des produits agricoles, les coûts croissants des engrais et des semences, et des niveaux d’endettement de plus en plus intolérables pour les 600 millions de paysans que compte le pays. « La mobilisation paysanne devrait donc s’intensifier dans les mois à venir », écrivent dans les colonnes de The Conversation les chercheurs Floriane Bolazzi et Yves-Marie Rault.

    Les paysans manifestent à New Delhi, le 30 novembre 2018. La colère montante des agriculteurs assombrit le bilan économique du gouvernement sortant. Anindito Mukherjee/Bloomberg via Getty Images

    Craignant d’être désavoués aux urnes, le Premier ministre Narendra Modi et ses principaux ministres ont décidé de monter eux-mêmes au front pour rappeler les principales réalisations de leur quinquennat : croissance du produit intérieur brut, inflation maîtrisée, progression des investissements étrangers, montée en grade dans le classement « Doing Business in India  » de la Banque mondiale, succès visibles des opérations de nettoyage des villes…

    Selon nombre d’observateurs, c’est la récente crise indo-pakistanaise, déclenchée par l’attentat-suicide au Cachemire indien en février dernier, tuant quelque 40 paramilitaires indiens, qui a été le véritable tournant dans la campagne. La rhétorique martiale du Premier ministre indien qui répond au nationalisme à fleur de peau de la population indienne, a redonné du crédit au gouvernement de New Delhi en perte de vitesse. Cette lecture de l’état de l’opinion à la veille des législatives, est confortée par les derniers sondages qui donnent la coalition conservatrice autour de Modi gagnante avec quelque 260 sièges contre 140 pour l’alliance formée par le parti du Congrès que dirige Rahul Gandhi.

    Pour autant, peut-on dire à deux semaines des élections cruciales que la messe est déjà dite ?

    Législatives indiennes en chiffres

    7 milliards

    Les dépenses de la campagne électorale indienne devraient s’élever à quelque 7 milliards de dollars, estiment les chercheurs du Center for Media Studies, basé à New Delhi. Cette somme figure parmi les plus dispendieuses du monde. Elle arrive devant les coûts réunis de la présidentielle et des élections au Congrès américain de 2016, estimés à quelque 6,5 milliards de dollars.

    900 millions

    C’est le nombre d’électeurs inscrits sur les listes électorales. Ils étaient 830 millions en 2014. 66% des inscrits, soit quelque 550 millions d’Indiens, ont effectivement voté aux dernières législatives, il y a 5 ans. Le vote est populaire en Inde. C’est sans doute le sens du tweet qu’a envoyé le Premier Modi, à l’annonce des dates du scrutin : « C’est le festival de la démocratie ».

    11 millions

    Pour assurer le bon déroulement d’une opération électorale qui promet d’être un grand défi logistique, l’Inde se propose de mobiliser une véritable armada d’agents électoraux, qui seront entre 10 et 11 millions.

    1 million

    La commission électorale a annoncé la mise en place d’un million de bureaux de vote à travers les 29 Etats et 7 territoires de l’Inde. La loi indienne exige que les électeurs n’aient pas à se déplacer plus de 2 kilomètres pour accéder aux centres de vote.

    8 521

    C’était le nombre de candidats à la députation en 2014.

    545

    Le pays est divisé en 543 circonscriptions géographiques. Leurs élus siègent à la Chambre basse du Parlement indien, appelée en Inde « Lok sabha » ou « Assemblée populaire ». Aux 543, s’ajoutent 2 représentants de la communauté anglo-indienne. C’est l’Etat de l’Uttar Pradesh, l’Etat le plus peuplé de l’Inde, qui envoie le plus grand nombre de députés au Parlement de New Delhi, soit 80 élus.

    464

    C’est le nombre total de partis politiques, dont seulement six jouissent d’une assise nationale. Les formations les plus connues sont : le Bharatiya Janata party (le parti du peuple indien - BJP), le Congrès et le parti communiste indien, d’obédience marxiste (CPI-M), fondé à Tachkent en 1920, à l’issue du deuxième congrès de l’Internationale communiste.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.