GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 14 Octobre
Mardi 15 Octobre
Mercredi 16 Octobre
Jeudi 17 Octobre
Aujourd'hui
Samedi 19 Octobre
Dimanche 20 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Attentat de Christchurch: l'épineuse question des réseaux sociaux

    media La vidéo du massacre de Christchurch a été diffusée en direct sur Facebook pendant 17 minutes. REUTERS/Dado Ruvic

    La fusillade meurtrière contre les mosquées de Christchurch en Nouvelle-Zélande a une nouvelle fois mis en lumière la difficulté de bloquer la diffusion de contenus violents sur les réseaux sociaux.

    Après le massacre de Christchurch diffusé en direct sur Facebook, le réseau social déclare avoir supprimé 1,5 million de vidéos dans les 24 heures qui ont suivi.

    Mais la Première ministre néo-zélandaise entend aller plus loin. « C’est un problème qui dépasse de loin la Nouvelle-Zélande, mais cela ne signifie pas pour autant que nous ne pouvons pas jouer un rôle actif pour le résoudre », a expliqué Jacinda Ardern à des journalistes à Wellington.

    Après un entretien avec Sheryl Sandberg, la directrice des opérations de Facebook, elle a souligné que les autorités et les entreprises néo-zélandaises avaient fait de leur mieux pour tenter de supprimer certaines séquences violentes liées à l'attaque des mosquées, mais qu’il revenait aux plateformes de prendre des mesures.

    Pas de contrôle avant diffusion

    La vidéo du massacre a été diffusée en direct sur Facebook. L'extrémiste australien Brenton Tarrant s’est filmé en train de tirer à bout portant sur les victimes, pendant 17 minutes. Un temps largement suffisant pour que la vidéo soit enregistrée, copiée et partagée des milliers de fois à travers le monde sur YouTube, Twitter, WhatsApp et Instagram.

    Le problème, c’est que les géants du numérique n’ont pas la possibilité de vérifier et a fortiori de bloquer les images avant leur diffusion, qui plus est quand elles sont tournées en direct.

    Pour la cheffe du gouvernement néo-zélandais, les règles actuelles ne vont pas assez loin. Un sentiment partagé par le Premier ministre australien Scott Morrison qui attend lui aussi des réponses plus efficaces des réseaux sociaux.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.