GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 17 Juillet
Jeudi 18 Juillet
Vendredi 19 Juillet
Samedi 20 Juillet
Aujourd'hui
Lundi 22 Juillet
Mardi 23 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    La Chine défend ses centres de rééducation pour musulmans au Xinjiang

    media Portail en construction dans ce qui est officiellement connu comme un centre de formation professionnelle à Dabancheng, dans la région du Xinjiang, en Chine. REUTERS/Thomas Peter/File Photo

    Critiqué pour ses « centres de rééducation » au Xinjiang, la Chine entend poursuivre sa politique de « déradicalisation » des populations musulmanes du grand-ouest chinois. Dans un « livre blanc » sur l’antiterrorisme, les dangers de l’extrémisme et les droits de l’homme au Xinjiang publié ce lundi, les autorités chinoises affirment avoir arrêté 13 000 « terroristes » dans la région autonome ouighoure depuis 2014.

    Avec notre correspondant à Pékin, Stéphane Lagarde

    Après la guerre des mots, la bataille des chiffres : dans un long rapport diffusé via le réseau WeChat, les services chinois affirment avoir arrêté 12 995 terroristes au Xinjiang, saisi 2 052 engins explosifs, et « sanctionné » 30 645 personnes pour « activités religieuses illégales », très loin des plus de 1 million de Ouighours qui seraient détenus dans des camps en Chine selon les Nations unies, chiffre, une nouvelle fois contesté dans ce document.

    Pour le régime communiste, la « politique de lutte contre l’extrémisme religieux » mise en place par les autorités judiciaires au Xinjiang serait un « juste équilibre entre compassion et gravité » où seuls les extrémistes transformés en « diables meurtriers » seraient sévèrement sanctionnés. Les autres reçoivent « une éducation et une formation », afin d’éviter qu’ils ne subissent des influences négatives précise le texte. « Centres de conseil et de formation professionnel » pour le régime communiste ou « camps de détention arbitraire » pour les organisations de défense des droits humains, lutte contre le « séparatisme » selon Pékin ou politique de « sinisation » selon le Congrès mondial ouighour, une chose est sûre, il est aujourd’hui très difficile de savoir ce qui ce passe dans la région autonome la plus à l’ouest de la Chine, décrite une nouvelle fois dans ce livre blanc comme « une partie inséparable du territoire chinois. »

    Les diplomates sont parfois invités dans la région du Xinjiang mais dans le cadre d’un programme très encadré, les journalistes étrangers y sont persona non grata depuis les émeutes de 2009. Pékin a également condamné les récentes interventions des autorités turques, qualifiées d’ingérences dans les affaires intérieures du pays en réaffirmant dans le document publié ce lundi que « les Ouighours ne sont pas les descendants des Turcs. »

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.