GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 17 Août
Dimanche 18 Août
Lundi 19 Août
Mardi 20 Août
Aujourd'hui
Jeudi 22 Août
Vendredi 23 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Attentat de Christchurch: crise diplomatique entre l'Australie et la Turquie

    media Le président turc Recep Tayyip Erdogan lors d'une cérémonie d'anniversaire des 104 ans de la bataille de Canakkale, le 18 mars 2019. Kayhan Ozer/Presidential Press Office/Handout via REUTERS

    Le président turc Recep Tayyip Erdogan, actuellement en campagne électorale, a proféré des menaces à l'encontre des ressortissants australiens après les tueries dans deux mosquées de Christchurch, en Nouvelle-Zélande, menées par un Australien. Ce mercredi 20 mars, le Premier ministre australien Scott Morrison a convoqué l'ambassadeur turc, mais il n'a pas accepté ses excuses.

    Avec notre correspondante à Melbourne, Caroline Lafargue

    La crise diplomatique a éclaté suite au massacre de Christchurch entre la Turquie et l'Australie, pays d'origine du tueur des mosquées néo-zélandaises. Dans son manifeste, Brenton Tarrant, un suprémaciste blanc islamophobe, cible la Turquie, appelant au meurtre du président Erdogan et de tous les Turcs d'Europe qui vivent à l'ouest du Bosphore.

    En réaction, le président turc a menacé de réserver le même sort à tout Australien islamophobe qui se risquerait aujourd'hui en Turquie qu'aux soldats australiens venus combattre les Ottomans sur leur sol, aux côtés des Britanniques, pendant la Première Guerre mondiale. « Ils sont repartis dans des cercueils, a déclaré le président turc. Soyez certains que nous vous renverrons dans le même état que vos aïeux », a-t-il déclaré.

    Canberra attend des excuses d'Erdogan

    A Canberra, les menaces du président turc contre les ressortissants australiens ont ulcéré le Premier ministre. Scott Morrison juge ces propos « extrêmement offensants », car ils insultent la mémoire des Australiens tués sur le front turc en 1915, et « totalement irresponsables », car ils mettent en danger les Australiens actuellement en Turquie.

    Scott Morrison a refusé les excuses présentées par l'ambassadeur turc, Korhan Karakoc. Il attend celles du président Erdogan lui-même et exige que la chaîne publique turque cesse sa propagande anti-australienne, faute de quoi il promet de ne pas en rester là. A ce stade, « toutes les options sont ouvertes », prévient-il.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.