GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 16 Avril
Mercredi 17 Avril
Jeudi 18 Avril
Vendredi 19 Avril
Aujourd'hui
Dimanche 21 Avril
Lundi 22 Avril
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Pyongyang se retire du bureau de liaison intercoréen et fait pression sur Séoul

    media La Corée du Nord s'est retirée du bureau de liaison intercoréen qu'elle avait inauguré en septembre 2018 avec la Corée du Sud. KOREA POOL / AFP

    La Corée du Nord vient d’annoncer qu’elle se retirait du bureau de liaison intercoréen, opéré conjointement avec la Corée du Sud dans la ville frontalière de Kaesong. Ce bureau avait été mis sur pied en septembre dernier ; il servait à faciliter la communication entre les deux frères ennemis, et sa création était l’une des principales avancées de la détente initiée sur la péninsule l’année dernière. Ce retrait nord-coréen prend place quelques semaines après l’échec des pourparlers de dénucléarisation entre Kim Jong-un et Donald Trump, à Hanoi au Vietnam.

    Avec notre correspondant à Séoul, Frédéric Ojardias

    Les Nord-Coréens ont plié bagage, emmené leurs dossiers, et laissé derrière eux un bureau de liaison vide. « Vous pouvez y rester tout seul, cela ne nous dérange pas », ont même déclaré les officiels nordistes à leurs homologues du Sud.

    Séoul a immédiatement exprimé ses regrets et demandé au régime de reconsidérer sa décision. Une décision qui est vue comme un message : la Corée du Nord reproche en substance à son voisin sud-coréen de suivre aveuglément la politique américaine.

    Pyongyang a financièrement besoin d’une reprise des échanges économiques avec Séoul. La Corée du Sud souhaite aussi cette coopération, mais elle ne peut pas se permettre de violer les sanctions internationales. Le Nord fait donc pression sur le Sud pour que celui-ci convainque son allié américain d’alléger ces sanctions.

    En fermant ce bureau de liaison, Pyongyang durcit le ton. Depuis l’échec du sommet Kim-Trump en février, Séoul voit avec inquiétude les avancées diplomatiques obtenues avec difficulté l’an dernier s’effondrer les unes après les autres.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.