GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 18 Août
Lundi 19 Août
Mardi 20 Août
Mercredi 21 Août
Aujourd'hui
Vendredi 23 Août
Samedi 24 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Asie-Pacifique

    Après Monaco, Xi Jinping en France pour trois jours

    media Emmanuel Macron a accueilli le président chinois Xi Jinping dimanche 24 mars au soir à Beaulieu-sur-Mer, sur la Côte d'Azur. Le président français a appelé à un «multilatéralisme fort». REUTERS/Jean-Paul Pelissier/Pool

    Ce dimanche, Xi Jinping était dans la principauté de Monaco. Le président chinois sera à Paris lundi 25 mars, mais sa visite en France commence ce dimanche sur la Côte d'Azur où il est accueilli par le son homologue français Emmanuel Macron pour un entretien suivi d'un dîner entre les deux couples présidentiels. Une visite sous le signe des « nouvelles routes de la soie » chinoises, ce gigantesque système de liaisons ferroviaires et maritimes censées promouvoir le commerce et la coopération entre les pays d’Asie et d’Europe, que certains en Europe regardent avec méfiance.

    Le président chinois Xi Jinping a honoré dimanche la petite principauté de Monaco d'une visite d'Etat inédite où il a déjeuné et passé deux heures et demie.

    Le dirigeant chinois a eu des entretiens bilatéraux dans le domaine économique et environnemental dont la teneur n'a pas filtré. Aucun point presse n'était organisé à l'issue de cette rencontre, qui constitue un succès diplomatique historique pour le souverain monégasque Albert II : hormis la France, Monaco et ses 38 000 résidents n'avaient jamais accueilli de dirigeant d'une grande puissance, membre du Conseil de sécurité de l'ONU.

    → RELIRE : Pourquoi le président chinois Xi Jinping va-t-il à Monaco?

    Le prince Albert II a accueilli le président chinois Xi Jinping au palais de Monaco, le 24 mars 2019. REUTERS/Eric Gaillard

    Il a quitté Monaco vers 14h45 TU pour regagner Nice, où il  doit loger avec sa suite dans le plus célèbre hôtel de la ville, le Negresco, sur la Promenade des Anglais, totalement interdite aux voitures et même aux vélos pour des raisons de sécurité.

    Ce dimanche soir, accompagné de son épouse, il a dîné avec le couple présidentiel français. Un début en douceur avant d'aborder le lendemain les dossiers plus délicats.

    « Très heureux d'accueillir le président Xi Jinping et son épouse en France. Cette visite va renforcer notre partenariat stratégique et affirmer le rôle de la France, de l'Europe et de la Chine en faveur d'un multilatéralisme fort », s'est félicité Emmanuel Macron sur Twitter, quelques instants après avoir accueilli M. Xi à Beaulieu-sur-Mer (Alpes-Maritimes) pour ce dîner privé qui s'est achevé peu avant 21h30, à la veille du démarrage officiel de sa visite en France, lundi.

    La France veut trouver des points de convergence

    Depuis quelques jours, Emmanuel Macron tente d’unifier les positions européennes face à la Chine. La visite de Xi Jinping devait déjà être, pour le président français, l’occasion de répéter que les routes de la soie doivent fonctionner dans les deux sens, aussi bien pour le commerce que pour les investissements. Emmanuel Macron et la chancelière Angela Merkel soupçonnent l’Empire du Milieu de vouloir siphonner le savoir-faire européen dans tous les domaines, sous couvert de partenariat commercial et technologique entre de grandes économies. Une méfiance que Pékin ne commente pas. Une source officielle indique seulement qu’Emmanuel Macron et Xi Jinping passeront en revue les relations sino-françaises, les relations sino-européennes, ainsi que les questions internationales et régionales d’intérêt commun.  

    La signature samedi par l’Italie d’un protocole d’accord sur sa participation aux fameuses routes a amené Emmanuel Macron à multiplier les initiatives européennes, avec la semaine dernière à Bruxelles des discussions consacrées à la Chine, et la venue ce mardi à Paris de la chancelière allemande Angela Merkel et du président du Conseil européen Donald Tusk pour qu'ils rencontrent, eux aussi, Xi Jinping.

    Objectifs, selon l’Elysée : « Trouver des points de convergence entre l'Europe et la Chine », entre autres sur la mise en œuvre de l'Accord de Paris sur le climat et sur le multilatéralisme, au moment où les Etats-Unis semblent s’en distancier. Il s’agirait de demander à Pékin de s’engager plus nettement dans le cadre des institutions internationales, pour la réforme de l’OMC notamment.

    Human Rights Watch, qui craint que les droits de l'homme soient laissés de côté pendant cette visite, a appelé Emmanuel Macron à confronter Xi Jinping à l’ampleur des violations des droits humains en Chine, sans précédent ces dernières années, selon l'ONG.


    L'épouse de l'ex-patron d'Interpol disparu en appelle à Macron

    L'épouse de l'ancien président chinois d'Interpol, sans nouvelles de son mari depuis qu'il a été arrêté pour corruption il y a près de six mois, a demandé au président français Emmanuel Macron d'évoquer le sujet avec son homologue chinois Xi Jinping lors de sa visite en France.

    Dans un courrier envoyé à l'Elysée daté du 21 mars dont l'AFP a obtenu copie, Grace Meng « demande à savoir où (son mari) se trouve et comment il se porte ». « Je demande que M. Meng puisse recevoir la visite de ses avocats et que ceux-ci puissent l'assister », poursuit-elle.

    « Tant pour ma famille que pour d'autres qui connaissent les mêmes épreuves, je demande à la France, respectée et écoutée à travers le monde entier pour ses valeurs et son attachement aux droits de l'homme, de porter ce message à l'occasion de ce rendez-vous avec le président Xi Jinping », écrit l'épouse de Meng Hongwei.

    L'ex-président d'Interpol, dont le siège se trouve à Lyon, a disparu fin septembre 2018 en Chine et démissionné de la tête de l'organisation policière par courrier le 7 octobre, après l'annonce par Pékin de son placement sous enquête notamment pour avoir « accepté des pots-de-vin ».

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.