GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 21 Avril
Lundi 22 Avril
Mardi 23 Avril
Mercredi 24 Avril
Aujourd'hui
Vendredi 26 Avril
Samedi 27 Avril
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Inde: le Congrès promet un revenu minimum (presque) universel

    media Photo d'illustration Le village de Sagbahal, dans l'Etat d'Odisha, en Inde en 2016. Wikimedia Commons CC BY-SA 3.0 Bikash Lakra

    A deux semaines du début des élections législatives en Inde, le premier parti d’opposition au gouvernement, le Congrès, vient d’annoncer sa principale promesse de campagne : la création d’un revenu minimum garanti pour les Indiens les plus pauvres. Une annonce qui pourrait attirer un grand nombre d’électeurs dans un pays qui souffre d’une grave crise de sous-emploi.  Le scrutin commence le 11 avril et les résultats seront connus le 23 mai.

    Avec notre correspondant à New Dehli,  Sébastien Farcis

    920 euros par an et par famille, tel est le montant du revenu minimum garanti, promis parle parti du Congrès s’il obtient la majorité lors de ces législatives. Cette somme serait transférée aux 20% d’Indiens les plus pauvres, soit 50 millions de familles qui gagnent moins de 150 euros par mois. Et ce plan coûterait donc 46 milliards d’euros par an à l’Etat.

    Le parti est conseillé par Thomas Piketty

    La formation indienne de centre gauche, qui a dirigé la majorité des gouvernements depuis l’indépendance, a déjà mis en place des mesures sociales similaires, telles que les banques alimentaires pour les pauvres et un système d’emploi garanti pour les populations rurales. Mais c’est la première fois que le Congrès envisage un transfert direct d’argent d’une telle ampleur et le parti est conseillé pour cela par l’économiste français Thomas Piketty.

    Cette marque sociale a précédemment valu au Congrès l’adhésion des plus pauvres, mais beaucoup s’en sont détournés après les nombreux scandales de corruption qui ont entaché ses dirigeants. Le parti essaie de les séduire à nouveau, alors que les chiffres du chômage sont au plus haut et que les agriculteurs, qui représentent un actif sur deux, peinent à vivre de leurs récoltes.

    A (re)lire : Attentat au Cachemire indien: quelles conséquences pour Modi ?

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.