GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 15 Avril
Mardi 16 Avril
Mercredi 17 Avril
Jeudi 18 Avril
Aujourd'hui
Samedi 20 Avril
Dimanche 21 Avril
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Urgent

    Le Premier ministre malien Soumeylou Boubèye Maïga a présenté jeudi sa démission au chef de l'Etat Ibrahim Boubacar Keïta, qui l'a acceptée, selon un communiqué de la présidence. Cette démission intervient à quelques heures de l'examen par l'Assemblée nationale d'une motion de censure du gouvernement déposée par des députés de l'opposition, mais aussi de la majorité.

    Asie-Pacifique

    Guerre de Corée: Séoul lance la recherche de corps de victimes sans Pyongyang

    media Des membres de l'agence KIA (Killed in Action) préparent les restes de soldats tombés durant la guerre de Corée, le 1er avril. REUTERS/Kim Hong-Ji/Pool

    Ce lundi 1er avril, la Corée du Sud a entamé seule, sans son voisin nord-coréen, des travaux d’exhumation de victimes de la guerre de Corée, mortes au combat il y a 70 ans sur la zone frontalière qui sépare Nord et Sud. Ces fouilles auraient normalement dû être conjointes.

    Avec notre correspondant à Séoul,  Frédéric Ojardias

    Alors que le processus de dialogue sur la péninsule coréenne est dans l’impasse et que les négociations avec les États-Unis sont bloquées, Pyongyang montre son impatience en snobant les demandes de Séoul, signe que le rapprochement intercoréen s’effrite.

    En septembre dernier, les deux Corées étaient tombées d’accord pour exhumer ensemble les dépouilles de soldats tombés pendant la guerre, sur leur frontière lourdement militarisée.

    Mais Pyongyang ne répond plus aux messages de Séoul depuis l’échec du sommet fin février entre le président américain Donald Trump et le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un. La Corée du Sud a donc entamé seule les travaux préparatoires de fouilles, en attendant une hypothétique réponse du Nord.

    Ce silence nord-coréen peut être vu comme une façon de faire pression sur Séoul. La priorité de Pyongyang reste la levée des sanctions internationales qui asphyxient son économie. Le régime veut que la Corée du Sud convainque son allié américain d’alléger ces sanctions.

    Il y a dix jours, la Corée du Nord a aussi retiré ses représentants d’un bureau de liaison intercoréen sur la frontière, avant de les ramener deux jours plus tard. Les projets très symboliques de rapprochement décidés l’année dernière sont ainsi devenus un moyen pour le Nord de marquer son mécontentement.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.