GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 12 Septembre
Vendredi 13 Septembre
Samedi 14 Septembre
Dimanche 15 Septembre
Aujourd'hui
Mardi 17 Septembre
Mercredi 18 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    La Chine immatricule les livreurs pour renforcer la sécurité routière

    media Un livreur chinois à Shenzhen. WANG Zhao / AFP

    Depuis le lundi 1er avril, le port d’une chasuble jaune ou bleue aux bandes réfléchissantes et d’un matricule est obligatoire pour les livreurs de Shanghai. Une mesure de sécurité routière qui doit être étendue aux autres mégalopoles chinoises.

    Avec notre correspondant à Pékin, Stéphane Lagarde

    Dix-huit mille livreurs numérotés, enregistrés auprès de la police et facilement repérables à leurs gilets fluorescents jaunes ou bleus… Les infractions au code sont désormais traçables. Le système mis en place à Shanghai doit servir de test pour les autres provinces.

    Devant un restaurant d’une chaîne américaine de fast-food à Pékin, Liu Hongsheng attend les commandes. Le nouveau règlement est incompatible avec le métier, dit-il. « C’est pas bon pour nous. Si on doit respecter le code de la route, alors on ne peut plus être livreurs. »

    « Cette rue, par exemple, regardez ! À cause de la rambarde au milieu, je suis obligé de rouler en sens inverse ! En cas de retard, les clients sont mécontents. Je gagne un peu plus de 8 yuans (1 euro) par commande. Si on me met une mauvaise note, j'en perds la moitié. »

    Des livreurs qui se battent contre le temps, toujours sous pression et qui seront désormais sanctionnés en cas d’écart devant les caméras de surveillance. Celles et ceux qui ne portent pas la chasuble numérotée à Shanghai se verront retirer 12 points de permis.

    Venue à Pékin depuis sa province du Shanxi, cette mère de famille fait des livraisons sur son scooter depuis trois ans. « Il y a du bon et du moins bon dans ce règlement, dit-elle. D’un côté, nous gagnons du temps en grillant les feux rouges, et donc c’est pas bon pour nous. D’un autre côté, c’est aussi un règlement qui est destiné à renforcer notre propre sécurité. Mais bon, de toute façon, dans deux ans, mon scooter sera interdit à Pékin. »

    Immatriculation obligatoire à Pékin, à Shenzhen ; ce sont les triporteurs qui devraient disparaître d'ici au 31 mars 2021. Selon la préfecture de police, les pousse-pousse électriques des livreurs de la ville seraient responsables de plus de 20% des accidents ces trois dernières années.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.