GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 10 Novembre
Lundi 11 Novembre
Mardi 12 Novembre
Mercredi 13 Novembre
Aujourd'hui
Vendredi 15 Novembre
Samedi 16 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Asie-Pacifique

    Malaisie: l’ex-Premier ministre Razak en procès pour 47 chefs d'accusation

    media L'ancien Premier ministre malaisien Najib Razak quitte le palais de justice à Kuala Lumpur le 12 décembre 2018 après avoir été inculpé pour son implication dans le scandale du fonds 1MDB. MOHD RASFAN / AFP

    Début ce mercredi 3 avril du procès de Najib Razak : l’ancien Premier ministre malaisien est accusé d’avoir trempé dans le scandale 1MDB, un fond de modernisation mis en place lors de son arrivée au pouvoir en 2009, mais dont son entourage et lui auraient détourné des milliards dollars. À l'ouverture de son procès, l'ancien chef du gouvernement a plaidé non coupable de toutes les accusations contre lui.

    Le fond 1MDB devait à l’origine permettre de moderniser la Malaisie. Mais il aurait été pillé, avec des milliards de dollars détournés, dont une bonne partie - entre 750 millions et un milliard – aurait atterri sur le compte en banque de Najib Razak, le Premier ministre de l'époque.

    Ces sommes colossales auraient servi entre autres à acheter des œuvres d’art, des yachts, des appartements de luxe dans le monde entier. Au moins six pays enquêtent également sur les éventuelles malversations liées à ce fond.

    Depuis l’an dernier et sa défaite surprise aux élections, Najib Razak a été arrêté à plusieurs reprises et pas moins de 47 chefs d’accusation pèsent sur lui : blanchiment d’argent, abus de pouvoir et abus de confiance, entre autres.

    Le procès qui débute ce mercredi 3 avril n’est que le premier d’une longue série : il concerne sept chefs d’accusation et 10 millions de dollars. Mais il est important pour le gouvernement de Mahatir Mohamad, au pouvoir depuis un an, qui est critiqué pour sa lenteur à mettre en place les réformes promises et à faire juger son prédécesseur.

    Najib Razak a toujours affirmé n’avoir connaissance d’aucun détournement concernant le fond 1MDB, et a même sorti en janvier dernier une chanson, accompagnée d’un clip vidéo, dans lesquels il clame son innocence.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.