GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 16 Juillet
Mercredi 17 Juillet
Jeudi 18 Juillet
Vendredi 19 Juillet
Aujourd'hui
Dimanche 21 Juillet
Lundi 22 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Asie-Pacifique

    Australie: une loi visant les contenus terroristes sur internet adoptée

    media Google et Facebook ont déploré que cette loi ait été élaborée sans concertation (Photo d'illustration). Damien MEYER / AFP

    De la prison pour les responsables de réseaux sociaux qui ne retirent pas assez vite les contenus violents, comme des faits qui relèvent du terrorisme. C’est la loi que le Parlement australien a adopté jeudi 4 avril, moins d’un mois après l’attaque de mosquées à Christchurch, en Nouvelle-Zélande, par un suprémaciste blanc australien qui a tué 50 personnes. Ce carnage avait été diffusé en direct sur Facebook par le meurtrier.

    La loi vise les images ou vidéos d'attaques terroristes, de meurtres, de viols ou d'enlèvements. Les entreprises de réseaux sociaux qui ne les retirent pas suffisamment vite risquent une amende allant jusqu’à 10% de leur profit annuel, et leurs responsables encourent jusqu’à trois ans de prison. Ces entreprises doivent aussi contacter la police quand elles détectent des contenus illégaux.

    L’opposition travailliste a voté ce texte proposé par les conservateurs au pouvoir, tout en assurant qu’elle le modifierait en cas de victoire aux élections de mai prochain, car il ne traite pas la question des discours de haine. Certains députés estiment d'ailleurs que le gouvernement a rapidement fait passer cette loi pour éviter de s'attaquer aux racines du massacre de Christchurch : l'islamophobie, le sectarisme.

    Une loi élaborée « sans concertation »

    La loi a été, de fait, très critiquée, les entreprises comme Google ou Facebook déplorent qu'elle ait été élaborée sans concertation, pour un problème complexe du fait de la masse d’informations chargées chaque seconde sur les plateformes. L’association des barreaux australiens craint elle que la loi ne serve à faire taire les lanceurs d’alertes et débouche sur une censure des médias.

    Enfin, le texte reste flou sur le temps imparti aux entreprises pour retirer les contenus. Ce sera un jury qui décidera si elles ont été suffisamment rapides, ce qui peut conduire à de longues batailles juridiques.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.