GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 19 Août
Mardi 20 Août
Mercredi 21 Août
Jeudi 22 Août
Aujourd'hui
Samedi 24 Août
Dimanche 25 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Carlos Ghosn de nouveau arrêté à Tokyo

    media Un véhicule quitte le domicile de Carlos Ghosn à Tokyo, jeudi 4 avril 2019. Mandatory credit Kyodo/via REUTERS

    L’ex-président de Renault-Nissan, Carlos Ghosn, a été une nouvelle fois arrêté ce jeudi matin 4 avril dans la capitale japonaise pour de nouveaux soupçons de malversations financières, selon plusieurs médias locaux.

    Sur les images diffusées par les télévisions japonaises, on voit une tenture grise dressée devant le domicile de Carlos Ghosn. Selon plusieurs médias, des membres du bureau des procureurs de Tokyo se sont rendus tôt ce jeudi matin chez le magnat de l’automobile pour procéder à son interpellation pour de nouveaux soupçons de malversations financières.

    Selon la chaîne publique NHK, cette nouvelle et quatrième arrestation est « extrêmement rare ». Elle intervient en effet alors que l’ex-président de Renault-Nissan a été libéré sous caution il y a à peine un mois, le 6 mars, après plus de cent jours de détention. Ce dernier avait même annoncé mercredi sur Twitter qu’il prévoyait de tenir une conférence de presse le 11 avril.

    Dans un communiqué, le parquet de Tokyo dit reprocher à Carlos Ghosn d'avoir causé à Nissan des pertes financières de 5 millions de dollars (4,45 millions d'euros) entre décembre 2015 et juillet 2018. Il serait à présent soupçonné d’abus de paiements suspects effectués à un partenaire commercial du constructeur Renault-Nissan à Oman.

    « Pourquoi venir m'arrêter alors que je n'entravais en rien la procédure ? »

    Dans un communiqué transmis à l'Agence France-Presse, Carlos Ghosn a dénoncé une nouvelle arrestation « révoltante et arbitraire ». « Pourquoi venir m'arrêter alors que je n'entravais en rien la procédure en cours, sinon pour me briser ? », lance-t-il. Avant d'ajouter : « Je suis innocent de toutes les accusations infondées portées contre moi et des faits qui me sont reprochés ».

    Carlos Ghosn est déjà sous le coup de trois inculpations pour déclarations inexactes de revenus sur les années 2010 à 2018 dans des documents remis par Nissan aux autorités financières et pour abus de confiance.

    (Avec agences)

    Pas de retraite chapeau pour Carlos Ghosn

    Le conseil d'administration de Renault s'est réuni mercredi 3 avril pour statuer sur les indemnités de départ de Carlos Ghosn après sa démission de ses postes de PDG et de directeur général du groupe fin janvier.

    « Aucune rente ne pourra lui être versée à ce titre ». Le conseil a estimé que Carlos Ghosn ne remplit pas les conditions lui permettant de toucher sa « retraite chapeau », dispositif complémentaire généralement très juteux. La rente annuelle « normale » à laquelle Carlos Ghosn peut prétendre sera calculée le jour où il fera valoir ses droits à la retraite.

    Carlos Ghosn touche quand même un million d'euros bruts au titre de sa rémunération fixe pour 2018, un montant déjà connu, à nouveau validé par le conseil d'administration.

    L'inconnue portait sur sa part variable. Clause de non-concurrence, objectifs de performance, cette part variable aurait pu atteindre un million d'euros supplémentaires : le conseil d'administration l'a fixée à 224 000 euros. Plus dur encore pour Carlos Ghosn, le conseil recommande à ses actionnaires, lors de la prochaine assemblée générale, de lui refuser cette somme. Et ce en raison de « pratiques contestables et dissimulées ».

    En plus des accusations de malversations portées par Nissan, Renault a récemment effectué deux signalements à la justice française, l'un sur le financement du mariage de Carlos Ghosn au château de Versailles, l'autre sur des versements douteux effectués par Carlos Ghosn dans le sultanat d'Oman.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.