GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 8 Novembre
Samedi 9 Novembre
Dimanche 10 Novembre
Lundi 11 Novembre
Aujourd'hui
Mercredi 13 Novembre
Jeudi 14 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Sommet «16+1» à Dubrovnik: la Chine continue de se positionner dans les Balkans

    media Le Premier ministre chinois, Li Keqiang, participe au sommet «16+1» en Croatie. AFP

    Le sommet «16+1», qui réunit la Chine et seize pays de l'Europe centrale et orientale allant de l'Estonie à l'Albanie en passant par la Pologne et la Hongrie, s'ouvre ce jeudi 11 avril pour deux jours. N'en déplaise à Bruxelles, l'accélération de la « route de la soie » représente le principal attrait de la région pour la Chine.

    La Chine et les pays d'Europe centrale et orientale se réunissent en Croatie, à Dubrovnik, les 11 et 12 avril. Depuis six ans, les Chinois se montrent très actifs dans cette région du sud-est de l'Europe.

    Ils investissent dans les mines, les centrales à charbon ainsi que dans le gigantesque projet des nouvelles routes de la soie. C'est ce qu'explique Jean-François Di Meglio, président d'Asia Centre. « Une carte d’Europe montre bien que ces seize pays sont assez stratégiques, si on veut achever le trajet de la route de la soie, qui est non pas le trajet continental, mais le trajet maritime, qui passe par la Corne de l’Afrique et qui aboutit au Pirée, et ensuite qui remonte à travers l’Europe orientale, éventuellement pour se reconnecter avec d’autres branches. Ce projet a des contours flous. Lorsque quelque chose se passe dans un des pays signataires, on peut l’attribuer au projet route de la soie, mais on n’en est pas non plus tout à fait assuré, sauf si le label est vraiment explicite ».

    Les nouvelles routes de la soie seront en effet un thème central du sommet «16+1» de Dubrovnik. Bruxelles se dit préoccupé. Le commissaire à l'Élargissement, Johannes Hahn, a exprimé auprès de l'AFP ses « inquiétudes sur les effets socio-économiques et financiers que peuvent avoir les investissements chinois » dans cette région pauvre. « En République tchèque, il y a eu un milliard d’investissements. Il y a eu l’arrivée d'une compagnie chinoise, qui investit un petit peu dans toutes sortes de secteurs - des services, des infrastructures, détaille Jean-François Di Meglio. Puis, il y a aussi la perspective d’octroyer des financements à ces pays. C'est le cas pour le Monténégro, dont on dit qu’à peu près 40 % de sa dette extérieure est détenue par la Chine. Ces infrastructures sont soit construites par la Chine, ou bien elles existaient déjà et sont achetées par la Chine, ou alors, on finance le bilan des États, ce qui va donner lieu éventuellement à des développements qui intéressent la route de la soie ».  Entre 2007 et 2017, Pékin a annoncé un total de 12 milliards d'euros de prêts pour des projets de construction dans ces pays, dont un tiers pour la Serbie seule. La Bosnie suit (21%), puis le Monténégro, selon la Banque européenne d'investissement.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.