GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 18 Octobre
Samedi 19 Octobre
Dimanche 20 Octobre
Lundi 21 Octobre
Aujourd'hui
Mercredi 23 Octobre
Jeudi 24 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    L’Inde entre dans la deuxième phase des élections législatives

    media Maneesha, jeune mariée de 24 ans, vient voter pour la deuxième phase des élections générales dans un village de la banlieue de Bangalore (Inde), le 18 avril 2019. MANJUNATH KIRAN / AFP

    Pour la deuxième phase des élections législatives indiennes, ce jeudi 18 avril, 155 millions d’électeurs de différentes régions sont appelés aux urnes, sur les 900 millions qui voteront jusqu’au 19 mai, dans ce qui est considéré comme la plus grande élection du monde.

    Avec notre correspondant à New Delhi,  Sébastien Farcis

    Depuis Pondicherry à l’extrême sud jusqu’à l’Assam au nord-est, en passant par le Maharashtra à l’ouest, 95 sièges sont renouvelés ce jeudi, sur les 543 que compte la chambre basse du Parlement.

    Quelques violences ont éclaté dans la région du Bengale où le parti laïc de la cheffe du gouvernement régional, Mamata Banerjee, s’oppose avec virulence à la formation nationaliste hindoue du BJP.

    Le Cachemire, principal théâtre des affrontements

    Mais c’est surtout la région séparatiste du Cachemire qui a vu les affrontements les plus sérieux : des jeunes ont jeté des pierres aux forces de sécurité postées pour garder les bureaux de vote, dans un geste de défiance récurrent envers le gouvernement central.

    Les violences sont aussi verbales : la commission des élections a ainsi interdit depuis deux jours au chef du gouvernement de l’Uttar Pradesh de faire campagne. Car ce moine-politicien extrémiste hindou, Yogi Adityanath, avait comparé l’islam à un virus qu’il fallait combattre.

    ►À lire aussi : Ce qu’il faut savoir sur les législatives indiennes

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.