GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 18 Mai
Dimanche 19 Mai
Lundi 20 Mai
Mardi 21 Mai
Aujourd'hui
Jeudi 23 Mai
Vendredi 24 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Japon: Shinzo Abe s’excuse auprès des victimes de stérilisation forcée

    media Le Premier ministre japonais Shinzo Abe s'est excusé auprès des victimes de stérilisation forcée. Elles seront aussi indemnisées. AFP PHOTO/Ludovic Marin

    Le Premier ministre japonais Shinzo Abe présente ses excuses pour les stérilisations forcées subies, dès l’adolescence, par des milliers de personnes handicapées pour les empêcher de procréer entre 1949 et 1996. Ces personnes vont recevoir une indemnisation de l’État.

    Avec notre correspondant à Tokyo, Frédéric Charles

    Toutes les victimes de stérilisation forcée au Japon racontent la même histoire : elles avaient 16 ans, elles ne savaient pas pourquoi on les conduisait à l’hôpital, elles se sont réveillées dans un lit avec une cicatrice verticale barrant le ventre.

    Une loi de 1949 permettait aux médecins de stériliser les personnes souffrant d’un handicap mental héréditaire afin d’empêcher la naissance d’enfants aux capacités diminuées. L’Allemagne, la Suède, d’autres pays ont eu des lois similaires.

    Au Japon, certaines de ces adolescentes ont été internées dans des établissements spécialisés deux ans avant leur stérilisation, sans avoir été diagnostiquées comme ayant un handicap mental. Certaines par la suite se sont mariées et ont adopté un enfant.

    ► À lire aussi : Etats-Unis : des victimes de stérilisations forcées enfin indemnisées

    Cette loi est restée en vigueur jusqu’en 1996. Pendant plus de vingt ans, l’État japonais leur a répondu que les stérilisations étaient légales à l’époque et qu'elles n’avaient droit à aucune compensation.

    Mais le gouvernement a présenté aujourd'hui ses excuses et les victimes recevront une compensation suite à une loi votée à l'unanimité par le Parlement.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.