GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 23 Mai
Vendredi 24 Mai
Samedi 25 Mai
Dimanche 26 Mai
Aujourd'hui
Mardi 28 Mai
Mercredi 29 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Urgent

    Tour d’Europe des résultats et décryptage avec nos invités en studio, nos correspondants et envoyés spéciaux de 7h à 9h (heure de Paris, 5h-7h TU)

    Asie-Pacifique

    Ce qu'attend la Corée du Nord de la rencontre Kim-Poutine

    media Le leader nord-coréen Kim Jong-un et le président russe Vladimir Poutine à Vladivostok, le 25 avril 2019. Alexander Zemlianichenko / POOL / AFP

    Le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un rencontre ce jeudi 25 avril le président russe Vladimir Poutine. Un sommet, le tout premier entre les deux hommes, qui se tient à Vladivostok, tout à la pointe de l’Extrême-Orient russe.

    Avec notre correspondant à Séoul, Frédéric Ojardias

    Le leader nord-coréen vient d'abord chercher des appuis extérieurs et le soutien de la Russie dans le bras de fer qui l’oppose aux États-Unis. Kim Jong-un devrait notamment demander à Vladimir Poutine de desserrer l’étau des sanctions. La Russie est membre permanent du Conseil de sécurité et elle a voté les récentes résolutions qui punissent Pyongyang pour ses essais nucléaires et balistiques.

    S’il est peu probable que le président russe accepte de violer ouvertement ces sanctions, des échanges économiques limités, présentés comme ayant des visées humanitaires, restent possibles.

    Moscou et Pyongyang ont « beaucoup à faire » pour développer leurs relations économiques, a d'ailleurs déclaré le chef de Kremlin lors de la première entrevue entre les deux hommes.

    Sous le regard de Séoul

    Pyongyang demande aussi à Moscou de ne pas expulser ses 10 000 ouvriers qui travaillent sur le sol russe et qui lui rapportent des devises. Ces ouvriers seront renvoyés d’ici décembre, comme le prévoient les résolutions de l’ONU.

    ► À lire aussi : Moscou dit avoir expulsé deux tiers des Nord-Coréens œuvrant sur son territoire

    À noter que ce sommet Kim-Poutine est vu de façon positive en Corée du Sud : Séoul aussi souhaite une levée partielle des sanctions, afin de pouvoir relancer sa coopération économique avec le Nord. Le Sud rêve notamment d’ambitieux projets d’importation de gaz et de charbon russes à travers le territoire nord-coréen.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.