GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 14 Juillet
Lundi 15 Juillet
Mardi 16 Juillet
Mercredi 17 Juillet
Aujourd'hui
Vendredi 19 Juillet
Samedi 20 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Afghanistan: au premier jour de la Loya Jirga, une impression de concorde

    media Des membres de la Loya Jirga, le 29 avril 2019 à Kaboul, en Afghanistan. REUTERS/Omar Sobhani

    A Kaboul, la Loya Jirga se poursuit pour la deuxième journée consécutive. Cette assemblée traditionnelle consultative a été lancée lundi 29 avril 2019 à Kaboul. Elle vise à sonder la population à travers des représentants originaires des quatre coins de l’Afghanistan sur les discussions de paix pour mettre fin à un conflit qui oppose les talibans aux autorités afghanes. Quelque 3 200 personnes participent.

    De notre correspondante à Kaboul,

    Lundi, le président Ashraf Ghani a ouvert l’assemblée par un long discours, plutôt bien accueilli au sein de la population et des participants. Il a insisté sur l'importance de cette Loya Jirga en vue de rassembler toutes les opinions sur les discussions de paix. Rappelons que des pourparlers directs sont engagés entre les États-Unis et les talibans à Doha, au Qatar, depuis plusieurs mois.

    Les talibans n’ont toujours pas rencontré les autorités afghanes. Ils refusent, considérant que le gouvernement afghan est illégitime. Invités à la Loya Jirga, ils ont d’ailleurs décliné l'invitation. Cependant, ils ne se sont pas opposés à la participation de représentants des populations qui résident dans les territoires qu’ils contrôlent et ont laissé ces derniers rejoindre la capitale pour l'évènement.

    Ouverture de la Loya Jirga. Kaboul, le 29 avril 2019. REUTERS/Omar Sobhani

    Le discours d'Ashraf Ghani au sujet des talibans était très polissé. Il a qualifié ces derniers d'opposants politiques. Le terme « terroriste » n'est donc plus employé pour les désigner. L’enjeu est clair : parvenir à engager des négociations directes avec les insurgés. Et dans cette optique, les réactions à l'issue de cette première journée sont très positives chez l’ensemble des participants.

    Qu’il s’agisse des personnalités politiques, des représentants traditionnels, des militants de la société civile, des femmes - qui représentent 30% de l’effectif global de la Loya Jirga -, les réactions ont été positives. Une cinquantaine de comités ont été définis. Les discussions se feront dans ce cadre. Chaque comité devra rédiger une note de conclusion reprenant les principaux points soulevés.

    À l'issue des quatre jours, ces notes seront partagées à l'ensemble des participants, et un vote aura lieu pour déterminer les résolutions que devra adopter l'équipe de négociateurs pour la paix, qui tente de rencontrer les talibans afin d’entamer un processus. Parmi les points qui seront soulevés : le respect des droits des femmes et l’entrée en vigueur d’un cessez-le-feu.

    Les femmes refusent tout retour en arrière

    Le cessez-le-feu avant toute négociation est une requête majeure et largement partagée. Impensable d’envisager des discussions de paix alors que les combats continuent, selon plusieurs participants. Quant aux femmes, qui sont 1 500 dans l'assemblée, elles n'ont qu'un mot d’ordre : pas de retour en arrière. Elles veulent s’assurer du soutien de tous les participants sur ce point.

    Participantes afghanes à la Loya Jirga, le 29 avril 2019. REUTERS/Omar Sobhani

    Selon elles, le non-retour aux conditions des années de règne des talibans en Afghanistan doit constituer une « ligne rouge » en cas de négociation avec les insurgés. Les critiques fusent tout de même dans la population, certaines femmes doutant notamment de l'efficacité de cette Loya Jirga, dont le pourvoir est nul selon elles. Cette assemblée n'est que symbolique, estiment certains.

    La Loya Jirga constitue néanmoins une opportunité de parler des revendications des femmes et de réclamer la garantie que leurs droits seront défendus par la société et le gouvernement à l'avenir. Mais plusieurs habitants de Kaboul rencontrés lundi dans le quartier où se déroule la Loya Jirga font remarquer que le véritable pouvoir, en Afghanistan, est entre les mains des Américains.

    paroles de participantes à la Loya Jirga
    «Nous les femmes sommes venues dire ce que nous voulons dans le processus de paix» 30/04/2019 - par Sonia Ghezali Écouter
    Discours du président afghan Ashraf Ghani devant la Loya Jirga, lundi 29 avril 2019. REUTERS/Omar Sobhani
    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.