GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 18 Septembre
Jeudi 19 Septembre
Vendredi 20 Septembre
Samedi 21 Septembre
Aujourd'hui
Lundi 23 Septembre
Mardi 24 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    L’armée birmane reconnaît la mort de villageois dans l’Arakan, l’ONU s’inquiète

    media Des résidents portent le corps d'une femme arakane dans cette région de l'ouest de la Birmanie, après son décès lors de tirs entre l'Arakan Army et l'armée birmane, à Rathedaung, le 21 février 2019 (photo d'illustration). AFP

    L’ONU appelle au calme dans l’Arakan, à l’ouest de la Birmanie, où l’armée a reconnu, jeudi 2 mai, avoir tué six villageois armés dans cette région. Ils avaient été arrêtés pour être interrogés sur leurs liens avec l’Arakan Army, une guérilla qui réclame plus d'autonomie pour la minorité arakanaise.

    Selon le porte-parole de l’armée birmane, les militaires ont dû ouvrir le feu après avoir été attaqués par les villageois détenus, tuant alors six d’entre eux, et en blessant huit autres. Ces hommes avaient été arrêtés mardi 30 avril après un raid contre un village de l’Etat de l’Arakan, et tous ceux entre 15 et 50 ans avaient été emmenés, soit près de 300 personnes.

    La version officielle remise en question

    La version officielle de l’armée birmane est pourtant remise en question. Selon un témoin cité par l’agence Reuters, les militaires n’auraient pas agi en état de légitime défense, signe que l’armée continue d’agir avec l’impunité la plus totale, selon l’organisation de défense des droits de l’homme Fortify Rights.

    L’événement intervient en plus peu de temps après la mort de trois hommes de l’ethnie arakanaise, dans des circonstances peu claires, pendant leur détention en avril.

    L'ONU préoccupée

    La situation des civils préoccupe l’ONU. Plus de 30 000 personnes ont dû fuir leurs villages à cause des combats dans l’Etat de l’Arakan, qui continue d'être écarté du cessez-le-feu provisoire proposé par l’armée birmane pour le reste du pays.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.